Steeve Barry : « Gagner mon pari »

  • Steeve Barry : « Gagner mon pari »
    Steeve Barry : « Gagner mon pari »
Publié le , mis à jour

On a joué au jeu des sept questions avec le joueur de l’équipe de France de rugby à VII, Steve Barry.

Comment vis-tu cette sélection pour les jeux Olympiques ?

C’est une très grande fierté, un honneur de représenter la France. Mais si cette sélection est une bonne nouvelle cela engendre aussi des responsabilités. Le plus dur commence car nous devons faire des bons résultats pour faire briller l’équipe de France aux jeux Olympiques.

Est-ce envisageable de monter sur le podium ?

Nous ne partons pas favoris mais l’objectif est de ramener une médaille. Nous avons vu cette saison que nous avons été capables d’accrocher deux troisièmes places sur le circuit international. Donc, on se dit que c’est possible d’obtenir une médaille sur ce tournoi.

Êtes-vous satisfait de votre poule ?

Avec seulement douze équipes, alors que nous sommes seize sur la ligne de départ sur les autres tournois, j’ai l’impression que toutes les poules sont homogènes. Maintenant, nous voulons accrocher une des deux premières places pour avoir un meilleur parcours par la suite, ce qui ne sera pas le cas si nous accrochons une troisième place (les deux meilleurs troisièmes sont aussi qualifiés, N.D.L.R.).

Avez-vous une idée de ce qui vous attend à Rio ?

Nous avons eu beaucoup de témoignages de la part des lutteurs et des cyclistes. Ils nous ont expliqué qu’il y avait deux manières de vivre cet événement. La première est de s’émerveiller du village olympique, de croiser tous ces athlètes mondialement connus comme Usain Bolt ou Tony Parker, d’être enthousiasmé par toutes les disciplines, Mais finalement, vous passez à côté de votre compétition. La seconde manière est de rester concentré sur sa discipline, sur son épreuve, pour tenter d’obtenir quelque chose et finalement se créer des souvenirs merveilleux. Je préfère cette façon de voir les choses pour me souvenir toute ma vie de cette aventure à Rio.

C’est votre dernier tournoi à 7, puisque vous avez signé à La Rochelle, est-ce une pression supplémentaire ?

J’ai fait le choix il y a quatre ans de quitter le rugby à XV pour tenter un pari et participer aux jeux. Réussir à y participer en qualifiant l’équipe de France est déjà une réussite mais j’aimerais gagner complètement mon pari en réalisant un bon résultat à Rio.

Peu de stars du XV sont parvenues à être sélectionnées pour Rio, comment l’expliquez-vous ?

Pour devenir un très bon joueur de 7, on se rend compte qu’il est impossible de venir par intermittence sur les grands tournois. Il faut être là à temps plein et vivre au moins une année complète sur les World Series pour avoir des attitudes physiques et techniques performantes.

Quelle est la plus grande différence entre les deux disciplines ?

C’est plus exigeant sur l’endurance, la vitesse et la répétition des tâches. À XV, les matchs durent plus longtemps mais les temps de récupération sont plus nombreux. À 7, il n’existe aucun temps mort.

Propos recueillis par N. A. (avec M. D.)

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?