[Revue de l’élite/Troisième ligne aile] Lauret en seconde position, Lobbe en habitué

  • [Revue de l’élite/Troisième ligne aile] Lauret en seconde position, Lobbe en habitué
    [Revue de l’élite/Troisième ligne aile] Lauret en seconde position, Lobbe en habitué
Publié le , mis à jour

Un classement très varié, avec des profils différents. Sept français dans les treize joueurs notre classement

#2 Lauret poursuit son ascension

En 2013, quand Wenceslas Lauret se résolut à quitter le Biarritz olympique pour l’ambitieux club des Hauts-de-Seine, certains ont probablement pensé qu’il était fou. Qu’il ne jouerait pas, qu’il passerait la saison à cirer le banc pendant les stars internationales brilleraient sur le terrain. Malheur à eux. Voilà trois ans que le flanker originaire de Pouyastruc empile les saisons à plus de vingt titularisations. La saison dernière, il a battu son record : trente et une. Et cette année, il a soulevé le troisième trophée de sa carrière : après le titre de champion de France espoir acquis en 2010, le Challenge européen en 2012, le flanker francilien a soulevé le prestigieux Bouclier de Brennus.

Une véritable revanche pour celui qui, selon ses propres mots avait disputé le dernier Mondial « sur la Playstation ». Barré jusqu’alors par le capitaine tricolore Thierry Dusautoir, le Racingman a aujourd’hui la voie libre. Et le staff du XV de France compte sur lui, puisqu’il fut titularisé à quatre reprises sur cinq matchs du Tournoi. Son compère de la finale, Yannick Nyanga, mérite aussi d’être cité. Pour sa première année dans les Hauts-de-Seine, l’ex-Toulousain est devenu un cadre de l’effectif francilien. Avec ces deux là, le Racing 92 a de quoi voir venir…

#3 Fernandez Lobbe, l’intelligence !

Ce n’est pas le joueur le plus puissant, ni même le plus doué. Il brille en revanche par son intelligence, son sens du placement, sa technique individuelle et par sa capacité à fédérer un groupe, à le mener. Juan Martin Fernandez Lobbe est une merveille de joueur « à l’ancienne » dans ce monde de brutes bodybuildées et il méritait largement d’accéder au podium… Derrière lui, comme une surprise, on retrouve le Montpelliérain William Andries Liebenberg qui éclaboussa de sa classe le début de saison, avant de s’effacer à cause d’une blessure. Seuls les amateurs de la filière internationale des moins de 20 ans le connaissaient. En effet, le flanker était le capitaine des moins de 20 ans sud-africains sacrés champions du monde au nez et à la barbe des Néo-Zélandais.

Seulement, Liebenberg n’avait jamais eu sa chance au plus haut niveau. Formé aux Boland Cavaliers, il a rejoint en 2012 les Bulls mais n’a jamais disputé un match de Super Rugby. Jake White s’est souvenu de lui, et l’a lancé dans le Top 14. Le résultat ? 27 matchs, 21 titularisations, un essai. Surtout, il fut un acteur majeur du premier titre européen de Montpellier, puisqu’il fut élu à six reprises homme du match. Par malchance, blessure aux cervicales vint le priver de la finale. Mais son coéquipier Bismarck du Plessis lui dédia le titre, ce qui situe l’estime dans laquelle les « siens » le tiennent.

Les surprises : Diaby, le vent de fraîcheur

Encore inconnu au bataillon il y a peu, le flanker grenoblois Mahamadou Diaby fait ici son entrée dans notre classement pour la première fois de sa jeune carrière. L’ancien Oyonnaxien, qui évolue au FCG depuis deux saisons, a enfin vu ses efforts récompensés cette année. Il termine l’exercice avec vingt matchs de championnat (27 toutes compétitions confondues), et s’est imposé au sein de la troisième ligne grenobloise grâce à ses qualités athlétiques et mentales. Pour le reste, il faut reconnaître que ce classement comporte peu de surprises, tant le Top 14 dispose de flankers expérimentés, talentueux et réguliers.

Reste que l’éclosion de plusieurs jeunes flankers français est à souligner. Certes, ils n’entrent encore pas dans ce classement, mais leurs prestations sur le terrain ne sont pas passées inaperçues, comme celles de Mathieu Babillot à Castres par exemple. Grâce à ses efforts et à sa ténacité, le Tarnais a signé une fin de saison fracassante qui lui a permis de disputer le barrage contre Montpellier. Au MHR, et malgré une concurrence démentielle, le jeune Kelian Galletier a réussi à effectuer 17 apparitions, lesquelles ont intéressé le staff du XV de France puisque le Montpelliérain fut convoqué à tournée en Argentine. Citons enfin Antoine Erbani, à Agen, qui ne cesse de progresser depuis trois saisons.

Les valeurs sûres : Lapandry confirme, Bias au top

C’est une certitude, le Top 14 regorge de superbes flankers, qu’ils soient français ou étrangers. Aussi, l’on ne sera pas supris de retrouver le Clermontois Alexandre Lapandry et le Castrais Alexandre Bias, tous deux auteurs d’une saison admirable dans notre Top 5. Les amateurs du beau jeu se seront également régalés de voir évoluer le Girondin Louis-Benoît Madaule, toujours aussi juste balle en main, ainsi que l’opiniâtre Steffon Armitage à Toulon, promu numéro huit en fin de saison pour pallier l’absence de Duane Vermeulen, mais flanker tout au long de la saison.

Olivier Missoup et Fulgence Ouedraogo méritent également d’être cités, tant leur courage et leur ténacité ont été précieux dans des contextes sportifs ou extra-sportifs délicats à Oyonnax et Montpellier. D’autres flankers, tels que le Castrais Yannick Caballero, le Francilien Yannick Nyanga, le Briviste Petrus Hauman ne figurent pas dans ce classement ultra-concurrentiel, mais méritent également d’être cités.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?