[Portrait VII Féminin 3/13] Biscarat, le VII un point c’est tout

  • [Portrait VII Féminin 3/13] Biscarat, le VII un point c’est tout
    [Portrait VII Féminin 3/13] Biscarat, le VII un point c’est tout
Publié le , mis à jour

Jusqu’au début des jeux Olympiques prévu le 5 août, nous vous proposons chaque jour le portrait d’un des membres de l’équipe de France féminine. Aujourd’hui, c’est au tour de Pauline Biscarat, l’ambitieuse du groupe.

Celle qu’on surnomme « Polo » est l’un des plus petits gabarits de cette sélection française. Mais cela n’enlève en rien son talent. Elle a découvert le rugby à XV avec sa sœur jumelle, Marie, à l’US Saint Pierre des Corps à l’âge de 17 ans, mais c’est bel et bien dans le rugby à VII qu’elle a décidé de briller. Et à vrai dire, elle s’y plait beaucoup dans ce rugby là. Puisque selon la FFR, lorsqu’on lui demande ce qu’elle aime le moins dans le rugby à VII, elle répond « rien ».

Et cette qualification pour les jeux Olympiques, elle en rêvait depuis sept ans. Comme n’importe quel sportif.

Depuis 2009 dans la sélection féminine à VII, elle est, avec Fanny Horta, l’un des plus anciennes de cette équipe et décrocher son ticket pour ces jeux Olympiques est déjà un bel aboutissement. Reste plus qu’à rapporter une médaille.

La septiste parfaite ?

Si depuis sept ans, elle s’entraîne dur pour ces JO, elle pourrait même incarner la perfection. En effet sa technique ainsi que son mental, font d’elle, aujourd’hui, une joueuse indispensable à l’effectif tricolore. Elle l’avoue d’ailleurs elle-même dans les colonnes du journal de la ville de Bobigny : « Mon profil correspond plus au jeu à 7. Je suis petite, rapide, avec des bonne qualités d’appuis. J’ai besoin d’espace pour m’exprimer et là je m’y retrouve parfaitement. »

Elle s’y retrouve tellement, qu’elle a tiré un trait définitif au XV : « Cette discipline permet de tellement dépasser ses limites que le XV paraît trop tranquille à côté. ». Le XV est définitivement fini pour elle, si bien que l’actuelle joueuse de Bobigny, a décliné des offres de clubs de Montpellier et Romagnat. Cependant, si il y a bien une chose qui lui tient à cœur c’est ramener une médaille à la maison du rugby de Bobigny.

Par Jessica Fiscal.

Retrouvez nos portraits 

[PORTRAIT VII FÉMININ 1/13] LA VIE DE ROSE
[PORTRAIT VII FÉMININ 2/13] GRASSINEAU, LE COUTEAU-SUISSE

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?