Les infos à retenir de la réunion arbitres-entraîneurs

  • Les infos à retenir de la réunion arbitres-entraîneurs
    Les infos à retenir de la réunion arbitres-entraîneurs
Publié le , mis à jour

Ce mardi matin, arbitres et entraîneurs des clubs de Top 14 et Pro D2 avaient rendez-vous à Toulouse pour la traditionnelle réunion d’avant-saison. Nouvelles règles, utilisation de la vidéo, efforts sur la mêlée. Voici ce qu’il faut retenir.

Les nouvelles règles et sanctions

- Chaque fois qu’un arbitre sera percuté volontairement par un joueur, comme cela a été le cas quelques fois la saison dernière, ce dernier écopera d’un carton rouge.

- Dans les rucks, une pénalité sera sifflée à chaque fois qu’un joueur sera au sol et gène la sortie de ballon du demi de mêlée. Même si celui-ci est perpendiculaire au ruck ou les bras en l’air.

- Le remplacement d’un joueur blessé suite à une action de jeu déloyale ne sera plus considéré comme un changement à part entière.

- L’avantage sera laissée après une mêlée effondrée si le ballon est jouable par le demi de mêlée.

- La « guerre », selon Didier Mené, sera déclarée aux simulations et aux hors-jeu au ras des rucks.

- Un maul sera pénalisé lorsque :

* le transfert du ballon après une touche se fera encore en l’air et avec le bras tendu

* le porteur de balle recule au fond du maul. Seul le ballon doit circuler.

* la construction du maul se fait sur un joueur devant le sauteur.

* un joueur ne vient pas à hauteur du porteur pour le soutien.

* les deux épaules d’un joueur ne sont pas prises dans le maul ou si le joueur se laisse emporter sur le bord du maul.

* le « lifteur » est plaqué ou subit un impact avant la retombée du sauteur

- Un « leurre » sera pénalisé lorsqu’il initiera le contact avec le défenseur et qu’il viendra sur l’épaule extérieur du joueur. Ceci sera considéré comme une obstruction.

- Toute percussion avec le coude en avant, tout plaquage au dessus des épaules et prise au cou sera sanctionnée d’un carton jaune. Tout déblayage pour faire mal sans jouer le ballon sera sanctionné d’un carton rouge.

- Un joueur sera pénalisé s’il enjambe un ruck pour taper le ballon.

Plus de joker pour les mêlées

Afin de perdre de moins en moins de temps sur les mêlées, les arbitres français avaient décidé la saison passée de n’accorder qu’un « joker » aux joueurs sur ces phases de jeu. Autrement dit, l’arbitre pouvait décider de refaire effectuer une mêlée qu’à une seule reprise. Cette saison, ce ne sera plus le cas. Les joueurs ne bénéficieront d’aucun « joker ». Les arbitres ont constaté la saison passée que 50 % des mêlées étaient effectuées correctement du premier coup contre 40 % la saison précédente.

De plus, une mêlée devra être effectuée dans les 30 secondes, le demi de mêlée, lorsque le ballon sera dans les pieds du numéro huit, devra jouer dans un délais raisonnable. Sur phase défensive, le demi de mêlée ne pourra aller plus loin que le troisième ligne aile adverse sous peine d’être sanctionné. Enfin, si une mêlée pivote à plus de 90 degrés sans faute, le ballon sera rendu à l’équipe qui a introduit.

Un retour à l’ancien protocole vidéo la saison prochaine ?

« Le protocole actuellement en place voulu par le World Rugby est trop vaste ». Didier Mené n’a pas été tendre avec l’arbitrage vidéo lors de cette réunion. Selon lui, « on a voulu rendre les choses objectives, mais au final elles sont de plus en plus subjectives ». Revenir plusieurs temps de jeu en arrière suite à un essai ne semble plus séduire les instances fédérales du rugby. L’ancien arbitre international a donc émit l’idée de revenir à l’ancien protocole, c’est-à-dire limiter à l’en-but et au cinq derniers mètres, dès la saison prochaine. Ce protocole serait mis en place seulement au niveau national.

Quinze arbitres centraux pour le Top 14, huit pour la vidéo

Didier Mené, le patron des arbitres français, a annoncé lors de la réunion que quinze arbitres officieront cette saison en Top 14. Cinq sont professionnels et arbitreront également lors des rencontres internationales (Garces, Fauzere, Porte, Raynal et Ruiz), quatre sont semi-pros (Attalah, Cardona, Marchat et Minery) et six ont le statut amateur (Brousset, Chalon, Charabas, Cloutte, Descattes et Trainini). Pierre Brousset est le nouveau venu cette année et le plus jeune de la bande avec Thomas Charabas. Les deux sont âgés de 28 ans. Salem Attalah est le plus ancien (45 ans) et dispute d’ailleurs sa dernière saison.

En Pro D2, 17 arbitres au total officieront en 2016/17. A noter que deux directeurs du jeu, Arnaud Blondel et David Rosich, qui arbitraient la saison passée ont été écartés suite à leurs performances.

Au niveau de la vidéo, le nombre d’arbitres a été réduit de moitié passant de seize à huit. Blondel, Briquet-Campin, Grenouillet et Sclafer rejoignent Bonhouse, Gauzins, Pechambert et Piraveau à l’arbitrage vidéo.

Un débrief de l’arbitrage avant et après les matchs

Alors que quasiment chaque club envoie des clips vidéos aux arbitres de leur rencontre afin de pointer du doigt leurs erreurs durant la rencontre, nous avons appris durant la réunion que certains entraîneurs de Top 14 et Pro D2 envoyaient des clips vidéos avant la rencontre. Ceci afin de montrer à l’arbitre les fautes que commettent souvent les joueurs de l’équipe adverse et auxquelles ils attendent que l’arbitre central soit attentif. Un dispositif qui a été validé par Didier Mené et Franck Maciello. Toutefois, le club concerné par ses clips vidéos d’avant-match devra être mis au courant avant la rencontre afin de pouvoir travailler sur ses lacunes.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?