[Portrait VII féminin 4/13] Guiglion, la gagnante

Jusqu’au début des jeux Olympiques prévu le 5 août, nous vous proposons chaque jour le portrait d’un des membres de l’équipe de France féminine. Aujourd’hui, c'est au tour d'Elodie Guiglion.

 

« La Guigne » comme on la surnomme est l’une des animatrices du groupe France. Elle a toujours le sourire scotché aux lèvres. A Tignes (stage de préparation), lors de la deuxième semaine, elle était légèrement blessée aux adducteurs et ménagée sur certaines séances d’entraînements, mais elle mettait une sacrée ambiance depuis la touche. Réconfortant ses partenaires fatiguées, encourageant les autres, le tout en suivant un programme physique avec des exercices de boxe ultra exigeants. à Rio, son punch sera déterminant et un atout pour la sélection.

Cette mère de famille de 26 ans a la tête sur les épaules. Même si les titres ne sont pas au rendez-vous avec son club de l’USAP, elle est plus que jamais déterminée à remporté une médaille à Rio.

Elle découvre le rugby à VII en 2010, lors du tournoi de Dubaï. Tout de suite elle se plaît dans la discipline. Ce qu’elle préfère dans la discipline ? La rapidité, les espaces, cette notion d’inédit à chaque moment, le fait que tout puisse basculer d’une seconde à l’autre. S’il fallait trouver un défaut dans ce sport, elle lui serait difficile d’en trouver. « Pas grand-chose en fait, peut-être la chaleur quelquefois s’il faut vraiment trouver quelque chose de négatif », confie-t-elle à la FFR.

Son objectif est atteint, elle va disputer les jeux Olympiques avec son pays. « C’est LA compétition mondiale, y participer est le rêve de tout athlète, alors la gagner… là , je n’en parle même pas ! », continue-elle.

Les Olympiades elle les regarde à la télévision depuis un sacré moment. Son meilleur souvenir est le parcours des handballeurs, notamment les Experts champions olympiques à deux reprises. « Un parcours de rêve pour tout athlète français. En plus s’agissant d’un sport collectif, évidemment ça ne peut que nous faire rêver ! » Alors pourquoi rever d’une médaille, elle est consciente que l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Angleterre et le Canada sont au dessus du lot, mais tout est possible.

Retrouvez nos portraits 

[PORTRAIT VII FÉMININ 1/13] LA VIE DE ROSE
[PORTRAIT VII FÉMININ 2/13] GRASSINEAU, LE COUTEAU-SUISSE
[PORTRAIT VII FÉMININ 3/13] BISCARAT, LE VII UN POINT C’EST TOUT