[Portait VII Masculin 7/13] Aicardi, le bonheur est dans le VII

  • [Portait VII Masculin 7/13] Aicardi, le bonheur est dans le VII
    [Portait VII Masculin 7/13] Aicardi, le bonheur est dans le VII
Publié le , mis à jour

Jusqu’au début des jeux Olympiques prévu le 5 août, nous vous proposons chaque jour le portrait d’un des membres de l’équipe de France masculine. Aujourd’hui, c'est au tour de Jérémy Aicardi, un joueur au fort potentiel.

Comme beaucoup de joueurs de l’équipe de France de Rugby à VII, il est parti du rugby à XV. Jérémy Aicardi intègre le centre de formation du CS Bourgoin Jallieu. Il ne s'impose pas dans le club et fait ses débuts en senior en Fédérale 1 au club de l’US Montmélian lors de la saison 2008-2009. L'US Montmélian termine à la 6e place de la poule 3, mais réussi à se maintenir lors des play-down et Jérémy Aicardi dispute un total de 21 matches en inscrivant 7 essais.

Ce Niçois fait son chemin petit à petit et cela porte ses fruits. Ses performances lui permettent de découvrir la Pro D2 la saison suivante sous les couleurs de Oyonnax. Il y passe quatre années et il participe à la remontée du club en Top 14, historique. Sauf que le joueur de 27 ans ne goûtera à la savoureuse aventure du top niveau national.

Son parcours à XV prend donc fin à Saint-Nazaire en Fédérale 1. Jérémy Aicardi, à l’instar de Virimi Vakatawa et Pierre-Gilles Lakafia, a signé son premier contrat avec la FFR en mai 2014.

Un contrat qui lui avait été proposé après seulement quatre participations à des tournois du circuit mondial. Seulement, force est de constater qu’il n’avait pas tardé à montrer tout son potentiel. Dès le premier tournoi, il avait été élu meilleur joueur français. Depuis, il s’est installé au sein de cette équipe de France à VII. Sa sélection pour les Jeux de Rio n’est rien d’autre qu’une suite logique.

Il va vivre son aventure olympique en couple, car sa compagne, Fanny Horta, est la capitaine de l’équipe de France de rugby à VII.  

Retrouvez nos portraits  

[PORTRAIT VII MASCULIN 1/13] STEPHEN PAREZ-EDO, DU XV AU VII IL N’Y A QU’UN PAS
[PORTRAIT VII MASCULIN 2/13] JONATHAN, LE CONQUÉRANT
[PORTRAIT VII MASCULIN 3/13] DALL'IGNA, L'ANCIEN
[PORTRAIT VII MASCULIN 4/13] CLER, NET ET PRECIS
[PORTRAIT VII MASCULIN 5/13] LAKAFIA, AUX JEUX COMME PAPA
[PORTRAIT VII MASCULIN 6/13] VALLEAU, LE PETIT POUCET

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?