Grasse, un parfum de jeunesse

  • Grasse, un parfum de jeunesse
    Grasse, un parfum de jeunesse
Publié le , mis à jour

Promu et maintenu en Fédérale 1 la saison passée, le Rugby Olympique de Grasse embarque pour un nouvel exercice en misant sur la jeunesse et en se fixant le même objectif, le maintien.

A l’heure où les touristes déambulent dans les rues de la vieille ville et dans les usines de parfumerie afin d’y sentir les premières récoltes de jasmin, le club de la cité des parfums a repris le chemin de l’entraînement. Classé huitième de sa poule de Fédérale 1 l’an passé, le ROG a réussi à se maintenir, chose qu’il n’avait pu accomplir lors de sa dernière apparition à ce niveau. « J’en tire un bilan positif, c’est une saison réussie, l’objectif principal a été atteint avec ce maintien », déclare le président Éric Berdeu. Un exercice durant lequel les joueurs auront tout de même bataillé pour se sauver, en témoigne le bilan comptable de treize défaites pour cinq victoires. « La saison a été dure physiquement. On montait de Fédérale 2 et on a réellement vu la différence de niveau entre les deux divisions », avoue le capitaine Thomas Barberis.

Cinq victoires, toutes à domicile, dont une capitale face aux Chambériens, futurs vainqueurs du Jean-Prat. « La rencontre face à Chambéry à la maison est notre match référence. Cette victoire (35-24) nous a permis d’assurer notre maintien à 90 % », finit le capitaine. Des matchs à Grasse qui auront une toute autre allure l’an prochain puisque le stade Perdigon aura droit à sa cure de jouvence. « Le projet a été validé par la mairie, le stade sera couvert et 535 places assises seront disponibles, se réjouit le président, avant d’ajouter : C’est une vraie avancée pour nous, même avec un temps maussade, les spectateurs pourront profiter de la rencontre sans leur parapluie au-dessus de la tête. » Des travaux d’envergure donc, qui prendront fin mi-octobre.

Jeunesse et nouveautés

Associé à Martin Purdy, entraîneur des avants, le Néo-Zélandais, Gérard Fraser a décidé de quitter le navire grassois pour rejoindre Provence Rugby. Un départ attendu puisque l’ancien bordelais multipliait déjà les allers-retours entre les Alpes-Maritimes et les Bouches-du-Rhône durant la saison. La plupart des joueurs n’ont pas été déboussolés à l’annonce des deux nouveaux membres du staff. Le premier, Marc Ravanello, ancien entraîneur de la première, fera son retour en tant que manager sportif. Le second a passé son année sur le banc avec les coachs en place. Au club depuis l’âge de 7 ans, Arnaud Schneider sera en charge des trois quarts. « C’est une nouveauté et surtout une fierté pour moi, déclare le néo-coach. J’ai été joueur et entraîneur des juniors, j’aurais tout connu avec ce club. »

Autre nouveauté, la politique de recrutement opérée par le club. « On a voulu miser sur la jeunesse et surtout la jeunesse française. Notre projet est de garder ce groupe sur le moyen terme. Numériquement, nous restons tel quel : dix joueurs partent et dix autres arrivent », annonce Éric Berdeu. Dix recrues dont un étranger et une moyenne d’âge qui oscille entre 23 et 25 ans. « Le groupe sera jeune et manquera peut-être un peu d’expérience comparé à la saison passée, mais il sera plus soudé et cela nous portera », avoue Thomas Barberis. Un effectif juvénile qui aura pour but de maintenir l’équipe, malgré la réforme des poules de Fédérale 1. « Même si notre poule semble homogène, notre objectif reste inchangé. Le maintien est notre priorité, on essaie de devenir un club stable de cette division. » Le début de cette mission stabilité s’amorcera le 18 septembre face à Mâcon.

Rugby Olympique de Grasse

Date de création : 1953
Nombre de licenciés : 528
Plus haut niveau atteint : Fédérale 1
Palmarès : néant
Budget : 900 000 €
En 2015-2016 : Fédérale 1, 8e de la poule 4. Maintenu.
Équipe réserve qualifiée pour les phases finales.

Par Lionel Girard

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?