Ibanez : « Un joker ? C’est en réflexion »

  • Ibanez : « Un joker ? C’est en réflexion »
    Ibanez : « Un joker ? C’est en réflexion »
Publié le , mis à jour

Le manager girondin, Raphaël Ibanez, évoque la préparation, les blessés et l’éventualité d’un renfort pour les lignes arrière.

Où l’UBB en est-elle de son intersaison ?

Il nous faut optimiser le temps. La clé est d’avoir une préparation courte et intense. La reprise était le 15 juillet et le premier match amical arrive le 4 août. Ça vient très vite. À la préparation physique est donc vite venue s’accoler le rugby. Il n’y a pas le choix. Quarante-cinq joueurs étaient présents au stage de reprise mais avec seulement deux rencontres de préparation et la venue du Racing 92 pour la première journée, il faudra rapidement faire des choix et réduire l’effectif. Ceci afin de trouver du liant entre les lignes.

Avez-vous déjà des pépins physiques à gérer ?

Metuisela Talebula a un souci au niveau des adducteurs tout comme Julien Audy et n’ont pu suivre la préparation physique. Ça devrait rentrer dans l’ordre assez vite. Après, il y a Luke Jones qui est attendu le 1er août. Jayden Spence, que nous connaissons et qui vient de gagner sa compétition de clubs en Nouvelle-Zélande, nous rejoindra aussi bientôt.

Quid d’Adam Ashley-Cooper ? Sa convocation pour les Four-Nations est-elle inéluctable ?

Le sélectionneur australien a exercé une pression, après trois échecs consécutifs face à l’Angleterre, et a estimé devoir rappeler tous les historiques. Adam en fait parti. Son plan est de jouer les deux premiers tests face à la Nouvelle-Zélande. Ensuite, il a l’intention de rentrer en me confirmant qu’il sera meilleur. Peut-être que de jouer contre les All Blacks le rendra encore plus aguerri pour le Top 14. J’espère.

Votre pilier gauche Steven Kitshoff ne risque-t-il pas d’être retenu avec l’Afrique du Sud ?

Il y a de très fortes chances. Il a fait une entrée très concluante face à l’Irlande en juin. Le sélectionneur actuel le connaît bien car il l’a vu grandir et gagner en expérience. Je me projette comme s’il n’était pas là pour le début de saison.

Où en êtes-vous du recrutement d’un joker à l’aile ?

C’est encore en réflexion. Ce sera sans doute lié au retour de blessure de Metuisela.

Le principal changement de l’intersaison vient de l’arrivée de Jacques Brunel. Comment se passe son retour sur le terrain ?

Jacques prend ses repères. Il a tellement d’expérience qu’il ne lui a pas fallu longtemps pour avoir l’adhésion des avants. Il avait besoin de retrouver le terrain et cette complicité avec les joueurs. Le paradoxe est qu’il a été mon entraîneur dans le passé, les rôles sont donc inversés. Mais dans la mesure où tout est clair entre nous depuis le début, tout le monde avance avec cohérence et intelligence.

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?