• Armentières, après la pluie, le beau temps
    Armentières, après la pluie, le beau temps
Publié le / Modifié le
Fédérale 3

Armentières, après la pluie, le beau temps

Après une crise interne l’année dernière bien gérée et conclue par le maintien en Fédérale 3, Armentières veut repartir sur des bases saines et revoir à la hausse ses objectifs.

Une saison 2015-2016… à vite oublier pour Armentières. En mars 2016, l’entraîneur en poste, Thierry Fernandez, au club depuis quatorze ans a été remplacé par Johnny Nivesse, l’entraîneur adjoint A, épaulé par Nino Maso, ancien d’Armentières. Ils ont réussi à maintenir in extremis le club en Fédérale 3. Cette histoire passée, tout le club, poussé par sa ville, est désormais tourné vers l’avenir.

En réalité, l’idée de changer d’entraîneur est venue au mois de janvier, quand l’équipe réserve a déclaré forfait. Cette réflexion collective présentée par quelques dirigeants au président Henri Nattiez a abouti par la force des choses. « En début d’année, on a évoqué la possibilité de modifier le staff pour la saison suivante tout en confiant à l’entraîneur du moment d’autres responsabilités. Il fallait que ça bouge. Au bout de quinze ans, le discours commençait à s’user dans le vestiaire. On a voulu mettre les gens face à leurs responsabilités », confie le dirigeant Arnaud Marié.

Du coup, arrive une bande d’anciens joueurs du cru, qui ont tous joué à Armentières. L’entraîneur principal Philippe Dumoulin, entouré de Gautier Hoffman, de Claude Bataille et de Johnny Nivesse, vient tenter de donner un nouvel élan au club. Le discours à leur arrivée en fin de saison était basé sur la remotivation des troupes : « Je suis un peu connu au club, les joueurs me connaissaient, et le discours leur a fait du bien. Je mets en avant les notions de solidarité et de famille, il y a eu une belle proximité entre les joueurs et le staff dès le début », déclare Fifi Dumoulin, le nouvel entraîneur.

Un vent de fraîcheur

Arrive donc l’intersaison. La reprise est prévue le 3 août et le discours va changer, ainsi que le projet de jeu. Avec l’apport de douze ou treize nouveaux renforts, plus huit juniors qui montent en équipe première, les ambitions du club vont augmenter. « L’année dernière, on se maintient à l’arrache, c’était l’essentiel. Aujourd’hui, je veux apporter de la fraîcheur. Les joueurs sont plutôt réceptifs et ultra-motivés. La tactique va quelque peu changer. Appliquer le principe du dernier passeur-premier soutien par exemple. On n’a pas un pack très lourd, donc il va falloir apporter du dynamisme. Cette année, la préparation physique se fait avec un champion de France de bodybuilding », argumente Philippe Dumoulin.

La moyenne d’âge de l’équipe est assez jeune (entre 22 et 23 ans). C’est l’école de rugby qui est montée en grade. « C’est une équipe joueuse où il y a beaucoup de jeunesse. On a toujours fonctionné comme ça. Mais d’année en année, des joueurs commencent à prendre de l’expérience », conclut Adrien Caresmel, deuxième ligne du club. Armentières est tombé dans la poule de Paris, avec quelques derbys au programme : Marcq-en-Barœul, Dunkerque et Soissons.

Club Léo-Lagrange Armentières

Date de création : 1968
Nombre de licenciés : 250
Plus haut niveau atteint : Fédérale 2
Palmarès : champion de Flandres Honneur 2014
Budget : 10 000 €
En 2015-2016 : 7e de Fédérale 3, poule 1, maintenu en Fédérale 3.

Par Philippe Peronne

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir