[Portrait VII Féminin 9/13] Trémoulière et Lissar, dans l'attente

  • [Portrait VII Féminin 9/13] Trémoulière et Lissar, dans l'attente
    [Portrait VII Féminin 9/13] Trémoulière et Lissar, dans l'attente
Publié le , mis à jour

Jusqu’au début des jeux Olympiques prévu le 5 août, nous vous proposons chaque jour le portrait d’un des membres de l’équipe de France féminine. Aujourd’hui, nous faisons un deux en un puisque nous vous présentons les deux réservistes, Jessy Tremoulière et Lauriane Lissar.

Jessy Tremoulière

A Rio, Jessy Tremoulière sera, à la fois (légèrement) à l'écart et tellement près de ses coéquipières. Elle est le joker, celle à qui on fera appel si jamais quelque chose tourne mal pour l'une des joueuses. Jusqu'au début de la compétition son esprit sera certainement en perpétuel conflit. Tiraillé entre l'envie de participer à un événement auquel tous les sportifs rêvent, et donc d’espérer un pépin, et le souhait que tout se passe bien pour ses coéquipières, ses amis, sa nation. Qui peux l'en blâmer ?

Même s'il est toujours difficile de se projeter vers l'avenir, qui plus est quand celui-ci est lointain, on peux imaginer que Jessy Tremoulière aura la chance de participer aux Olympiades dans quatre ans Tokyo. Il faut dire que la Brivadoise n'a que 24 ans. Un âge qu'elle a tendance à faire oublier vu sa précocité et sa maturité.

Sélectionnée pour la première fois en équipe de France à XV en 2011, Tremoulière fait ses premiers pas avec le maillot floqué du coq à seulement 19 ans. Depuis, elle a fait partie des belles aventures du XV de France. Vainqueur du Grand Chelem lors du tournoi des VI nations en 2014 puis troisième de la coupe du Monde la même année, le palmarès de celle qui peut joueur arrière ou ouvreur est déjà chargé. Une armoire à trophée qui est aussi garnie par les titres glanés avec son club de Romagnat. Pas plus tard qu'en mai, la formation auvergnate s'est imposée en finale Armelle-Auclair (29-7), notamment grâce à la botte de Jessy Tremoulière, accédant ainsi au Top 8. Mais avant de retrouver l'élite du rugby féminin français l'an prochain, Tremoulière espère certainement participer à une grande aventure à Rio. De près ou de loin.

Lauriane Lissar

Lauriane Lissar est actuellement dans la mégalopole brésilienne. Une présence inattendue et presque inespérée, il y a encore quelques jours, pour elle. Non retenue dans le groupe de 12 filles, elle ne faisait pas non plus partie des deux réservistes. Deux spots occupés par Jessy Tremoulière et Christelle Le Duff. Sauf que le malheur des unes faisant le bonheur des autres, Lauriane Lissar a été appelée par David Courteix au dernier moment. La raison : une vilaine déchirure au mollet qui a obligé Le Duff à déclarer forfait pour la compétition.

Dans la hiérarchie elle est donc désormais la quatorzième joueuse dans la tête du sélectionneur. Et sauf hécatombe (au moins deux forfaits de plus), il y a de fortes chances que Lissar ne devienne pas officiellement « une athlète olympique ». Pas encore du moins. Car elle aussi est jeune (pas encore 24 ans) et pourrait bien s'installer en équipe de France. La FFR l'a bien compris et, comme beaucoup, elle est sous contrat semi-professionnel avec la fédération. Durant l'année, elle joue avec le club de Bayonne en championnat de France élite 2 en rugby à XV.

Véritable amoureuse du rugby à VII, elle jouait avec l'équipe de France à 7 avant même d'avoir 20 ans. Elle a depuis participé à de nombreuses étapes aux quatres coins du monde avec la bande à Courteix. A l'inverse, elle n'a jamais été appelée avec le XV de France sénior. Cet été, elle paye certainement une blessure au pied (déchirure de l'aponévrose) qui l'a tenue écartée des terrains de longs mois. Cette expérience à Rio ne peux en tout cas qu'être bénéfique pour cette jeune joueuse qui fêtera ses 24 ans le 6 août... jour de l'ouverture de la compétition de rugby à 7 pour les filles. Un signe ?

 

Par Lucas Vola

Retrouvez nos portraits 

[PORTRAIT VII FÉMININ 1/13] LA VIE DE ROSE
[PORTRAIT VII FÉMININ 2/13] GRASSINEAU, LE COUTEAU-SUISSE
[PORTRAIT VII FÉMININ 3/13] BISCARAT, LE VII UN POINT C’EST TOUT
[PORTRAIT VII FÉMININ 4/13] GUIGLION, LA GAGNANTE
[PORTRAIT VII FÉMININ 5/13] TRONCY, LE RÊVE DE LA MÉDAILLE
[PORTRAIT VII FÉMININ 6/13] LE PESQ, LA PIÈCE MAÎTRESSE
[PORTRAIT VII FÉMININ 7/13] AMIEL, AU SERVICE DES AUTRES
[PORTRAIT VII FÉMININ 8/13] GUÉRIN, LA PASSIONNÉE

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?