[Portrait VII Masculin 10/13] Bouhraoua, capitaine flamme

Jusqu’au début des jeux Olympiques prévu le 5 août, nous vous proposons chaque jour le portrait d’un des membres de l’équipe de France masculine. Aujourd’hui, c'est au tour de Terry Bouhraoua, capitaine et âme de cette équipe.

Il fut le premier, celui par qui tout a commencé. En 2010, Terry Bouhraoua a rejoint la bannière fédérale, signant un contrat avec la FFR. Une première en France. En six ans, Terry Bouhraoua est donc passé de l'éclaireur au capitaine flamme. Entre temps ? 37 tournois IRB et 913 points. Rien que ça.

Mais avant de parler VII, ce joueur de poche (1m69) s'est illustré à XV. Demi de mêlée (déjà) fantasque, il a évolué à Brive (2004-2005), au Stade français (2005-2009) puis à Béziers (2009-2010). Mais c'est donc à l'orée de la décennie qu'il décide de se tourner vers le rugby à VII et de porter un projet qui six ans plus tard l'amène au jeux Olympiques. Terry Bouhraoua n'est pas seulement l'un des meilleurs joueurs de l'équipe de France, il est aussi reconnu sur le circuit mondial. Un peu à l'image d'un Virimi Vakatawa, mais dans un style différent, il est craint par ses adversaires. A seulement 28 ans, il est un mélange parfait de jeunesse et expérience.

Un leader écouté

Pour lui en tout cas, difficile de passer inaperçu. Tantôt surmonté de dread-locks, tantôt affublé d'une barbe hirsute, le joueur possède un style bien à lui, reconnaissable entre mille. Ce n'est pas la vue de son bras droit, presque entièrement recouvert de tatouage qui nous prouvera le contraire.Sur le terrain aussi, son jeu parle pour lui. Bouhraoua est un rapide. Que ce soit sur ses appuis ou dans sa prise de décision -essentiel à son poste-, le demi de mêlée ne laisse que peu de place au doute.

Et force est de constater en tout cas que les choix sont souvent payants pour celui qui n'hésite pas à citer Augustin Pichot comme l'un des joueurs avec qui il a beaucoup appris. En plus de qualités rugbystiques indéniables, Terry Bouhraoua est un leader. Il y a un an, il prenait le brassard de capitaine après le départ de Vincent Deniau. Depuis, il est un meneur d'hommes très écouté. Mais s'il est capable de véritables étincelles sur le terrain, Terry Bouhraoua est un autre homme hors des terrains. Posé, calme et cultivé, il dénote avec son profil de joueur. Fleuve tranquille sorti des pelouses et leader enflammé sur le rectangle vert, c'est avec ce capitaine-là que le bateau France par à la conquête d'une médaille à Rio.

Par Lucas Vola (@Lvola)

Retrouvez nos portraits  

[PORTRAIT VII MASCULIN 1/13] STEPHEN PAREZ-EDO, DU XV AU VII IL N’Y A QU’UN PAS
[PORTRAIT VII MASCULIN 2/13] JONATHAN, LE CONQUÉRANT
[PORTRAIT VII MASCULIN 3/13] DALL'IGNA, L'ANCIEN
[PORTRAIT VII MASCULIN 4/13] CLER, NET ET PRECIS
[PORTRAIT VII MASCULIN 5/13] LAKAFIA, AUX JEUX COMME PAPA
[PORTRAIT VII MASCULIN 6/13] VALLEAU, LE PETIT POUCET
[PORTAIT VII MASCULIN 7/13] AICARDI, LE BONHEUR EST DANS LE VII
[PORTRAIT VII MASCULIN 8/13] INIGO, ENTRE DEUX OBJECTIFS
[PORTRAIT VII MASCULIN 9/13] LES RESERVISTES