[Portrait VII Masculin 11/13] Barry, poli par le VII

  • [Portrait VII Masculin 11/13] Barry, poli par le VII
    [Portrait VII Masculin 11/13] Barry, poli par le VII
Publié le , mis à jour

Jusqu'au début des jeux Olympiques prévu le 5 août, nous vous proposons chaque jour le portrait d'un des membres de l'équipe de France masculine. Aujourd'hui, place à Steeve Barry, espoir du XV construit par le VII.

C'est un véritable conte de fées que vit Steeve Barry. Le joueur originaire de Charente (il est né à Ruffec) va cet été retrouver la tunique qu'il n'a jamais cessé d'aimer, celle où il a été formé, à la Rochelle, au XV. Entre-temps, le joueur est devenu un des tauliers du groupe France VII. Et son expérience va indéniablement compter au moment de rentrer pied au plancher dans la compétition olympique. 

Le VII l'a fait grandir

Parti en 2012 de l'ASR après une titularisation en demi-finale d'accession au Top 14 face à Pau, Steeve Barry était un des fleurons de la formation quinziste maritime. Le club lui avait même proposé de signer un premier contrat professionnel. Mais parfois, comme le disait le philosophe Pascal, "le coeur a ses raisons que la raison ignore". Champion de France en 2011 avec les Espoirs de la Rochelle à VII, Barry a décidé de tenter un pari et de continuer dans cette catégorie pour finalement son plus grand bonheur et celui de l'équipe de France. Cette saison, il suffit encore de voir le nombre de matchs joués pour se rendre compte de son importance. Avec 44 matchs joués sur le circuit World Rugby (il est seulement devancé par Candelon, Laugel et Parez), le centre est le quatrième joueur le plus utilisé par l'entraîneur Frédéric Pomarel. Et dire qu'il n'a raté que 12 matchs...

Chaînon essentiel des Bleus du Seven, auteur de 274 points en quatre ans, plaqueur le plus prolifique (109 plaquages à son actif cette saison), Barry est un bosseur certes, mais c'est aussi un joueur doté d'une belle technique, avec des qualités d'appuis et de vitesse non négligeables. C'est en outre lui qu'"on sollicite pour franchir le premier rideau" dixit Pomarel. Le centre a pour objectif aussi de générer beaucoup de duels offensifs pour ensuite laisser parler les flèches Candelon, et Vakatawa. En quatre ans passés avec le VII, le Charentais aux 39 Tournois IRB a gagné en maturité. Barry est en passe d’avoir gagné son pari de laisser un temps sur la touche le XV. Très actif sur les réseaux sociaux et investi à 100% dans la vie du groupe, le "photographe" attitré de l’équipe de France se tient prêt à capter tous les instants qui jalonneront le parcours des Bleus. Avant La Rochelle, il y a Rio.

Par Enzo Diaz

Retrouvez nos portraits  

[PORTRAIT VII MASCULIN 1/13] STEPHEN PAREZ-EDO, DU XV AU VII IL N’Y A QU’UN PAS
[PORTRAIT VII MASCULIN 2/13] JONATHAN, LE CONQUÉRANT
[PORTRAIT VII MASCULIN 3/13] DALL'IGNA, L'ANCIEN
[PORTRAIT VII MASCULIN 4/13] CLER, NET ET PRECIS
[PORTRAIT VII MASCULIN 5/13] LAKAFIA, AUX JEUX COMME PAPA
[PORTRAIT VII MASCULIN 6/13] VALLEAU, LE PETIT POUCET
[PORTAIT VII MASCULIN 7/13] AICARDI, LE BONHEUR EST DANS LE VII
[PORTRAIT VII MASCULIN 8/13] INIGO, ENTRE DEUX OBJECTIFS
[PORTRAIT VII MASCULIN 9/13] LES RESERVISTES
[PORTRAIT VII MASCULIN 10/13] BOUHRAOUA, CAPITAINE FLAMME

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?