[SAGA TOP 14] Effectif : Montpellier à l’équilibre

  • [SAGA TOP 14] Effectif : Montpellier à l’équilibre
    [SAGA TOP 14] Effectif : Montpellier à l’équilibre
Publié le , mis à jour

Pour cette nouvelle saison, le MHR n’a jamais paru aussi fort et complet dans tous les secteurs.

Arrières :

Arrivé l’an passé, Jesse Mogg s’est imposé comme le numéro un au poste d’arrière. La longueur et la qualité de son jeu au pied, notamment, en font un atout précieux dans le système de jeu de White. L’international tricolore Benjamin Fall, qui a partagé son temps de jeu entre l’aile et l’arrière la saison dernière, aura une carte à jouer en numéro 15 alors que Nadolo et Tomane ont été recrutés pour couvrir les ailes.

Venu de Perpignan, Joffrey Michel, tentera de se faire une place avec son profil de joueur de ballon, bon relanceur. Autre nouveau : Vincent Martin essaiera lui aussi d’exister, notamment grâce à sa polyvalence à l’aile et au centre.

Ailiers :

Ca devrait faire très mal sur les ailes cette saison à Montpellier. Meilleur marqueur du club depuis cinq ans et meilleur marqueur du Top 14 l’an dernier, Timoci Nagusa est un élément clé du collectif héraultais. Mais le Fidjien, qui évolue également au centre, sera soumis à une forte concurrence avec les arrivées des stars sudistes Nemani Nadolo et Joe Tomane. Le premier, qui avait réalisé un Mondial éclatant avec les Fijdi, est un joueur surpuissant et un casseur de plaquages exceptionnel. L’Australien, pour sa part, s’inscrit plus dans l’évitement mais se montre tout aussi efficace dans le franchissement et à la conclusion.

Avec son profil totalement différent et une première saison à Montpellier probante, le puncheur de poche Marvin O’Connor avait réussi à convaincre White l’an passé (30 matchs, 24 titularisations). Qu’en sera-t-il cette saison ? L’ancien international Julien Malzieu tentera pour sa part d’avoir plus de temps de jeu que l’an dernier.

Centres :

C’était le point faible de la saison passée selon Mohed Altrad : le MHR s’est renforcé au centre (où peuvent aussi intervenir Nagusa, Nadolo et Tomane) avec l’arrivée de l’international français Alexandre Dumoulin.

Le club compte sur l’ancien Racingman, joueur de ballon inspiré, pour une association détonante avec la puissance et le jeu au pied de François Steyn, qui a transformé le milieu de terrain montpelliérain à son arrivée fin février l’an passé.

Ouvreurs :

Le départ de François Trinh-Duc a été vécu comme un traumatisme par les supporters. C’est l’ouvreur des Harlequins Ben Botica qui a été recruté pour le remplacer numériquement. M

ais la place de numéro un devrait rester à Demetri Catrakilis, qui a réussi le tour de force d’éclipser l’international tricolore l’année dernière. Excellent buteur, très propre sur les bases, le Sud-Africain colle parfaitement au plan de jeu héraultais.

Demis de mêlée :

Il sort d’une saison exceptionnelle, sa meilleure sous le maillot héraultais : Benoît Paillaugue, armé de sa vista et de ses qualités de buteur, s’impose comme le titulaire indiscutable derrière la mêlée montpelliéraine. Il a su résister à la concurrence de Nic White, qui n’est jamais parvenu à s’imposer auprès du staff.

Le Wallaby a été titularisé seulement neuf fois la saison passée et a même voulu quitter le club. Cameron Wright, qui possède un profil complémentaire à ses deux concurrents, tentera cette année encore de se faire une place dans la course.

Numéros 8 :

Impressionnant dès son arrivée, fin février, Pierre Spies a prouvé qu’il avait retrouvé son niveau. Sprinteur dévoreur d’espaces, ce numéro 8 athlétique a largement convaincu, même si sa fin de saison fut moins étincelante. Il semble néanmoins rester le numéro un au poste.

Avec son profil complémentaire, le puissant fidjien Akapusi Qera offre des options de jeu différentes, que Jake White ne se prive pas d’utiliser en troisième ligne aile également (27 matchs, 22 titularisations l’an passé en numéro 7 et en numéro 8).

Troisième ligne aile :

À ce poste aussi, la concurrence va être féroce. L’emblématique Fulgence Ouedraogo a vu son capitanat remis en cause après quelques désaccords avec le staff en fin de saison. Son aura et son rôle de leader de touche suffiront-ils à lui assurer son statut de titulaire ? Derrière, Wiaan Liebenberg pousse. Très en vue au début du championnat l’an passé, le Sud-Africain avait moins joué en deuxième partie de saison mais il a montré qu’il avait le potentiel de bousculer la hiérarchie établie. De même que le désormais international tricolore Kélian Galletier, que Jake White a aligné à 21 reprises l’année dernière (7 titularisations).

Le sauteur/coureur Antoine Battut cherchera à retrouver du temps de jeu après une saison 2015-2016 gâchée par une opération d’une main. Enfin, il est probable que Jacques Du Plessis, aussi surprenant qu’excellent l’an passé en deuxième ligne, redescende en troisième ligne compte tenu des arrivées de Mikautadze et Van Rensburg. Sa polyvalence, en tous les cas, est précieuse.

Deuxième ligne :

La surpuissante deuxième ligne montpelliéraine devrait faire des dégâts cette année encore. Parmi les révélations de l’année, Paul Willemse s’est imposé comme un titulaire indiscutable. Son association avec l’ex-Toulonnais Konstantin Mikautadze promet d’être explosive.

Joueur très rude, le Géorgien n’en est pas moins, comme Willemse, disponible dans le jeu courant. Fort de son expérience, Robins Tchale-Watchou reste un soldat précieux, tandis que le prometteur Nicolas Van Rensburg, espoir venu des Bulls, pourrait créer la surprise.

Piliers :

À droite, le temps de jeu se partagera entre l’ancien Springbok Jannie Du Plessis et le Français Antoine Guillamon, qui sera absent à la reprise en raison d’une blessure à une jambe (deux mois d’indisponibilité). Mais il ne faut pas oublier l’international géorgien Davit Kubriashvili, qui était arrivé en cours de saison comme joker l’an passé et avait su se faire une place.

À gauche, le spécialiste de la mêlée Mikheil Nariashvili semble indéboulonnable. Mais le club peut aussi compter sur Yvan Watremez et Schalk Van der Merwe. Venu de Narbonne, en Pro D2, le gaucher Grégory Fichten tentera d’exister dans la hiérarchie. Pilier moderne et mobile, il est très en forme à l’aube de cette saison 2016-2017.

Talonneurs :

Immédiatement excellent et capital dans le système de jeu héraultais, l’ancien Springbok Bismarck Du Plessis s’est imposé comme un joueur clé et un leader du collectif montpelliérain. Au point qu’on parle de lui pour succéder à Ouedraogo comme capitaine. Derrière ce gratteur hors pair, Charles Géli tentera de retrouver du temps de jeu et son niveau après avoir été absent toute la deuxième partie de saison l’an dernier en raison d‘une blessure à une épaule.

Emilie Dudon
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?