[SAGA TOP 14] Lamerat, le digne héritier

  • [SAGA TOP 14] Lamerat, le digne héritier
    [SAGA TOP 14] Lamerat, le digne héritier
Publié le , mis à jour

A la recherche d’un nouveau challenge, Rémi Lamerat a choisi l’ASMCA où il est attendu pour prendre le témoin des mains d’Aurélien Rougerie. Rien que ça.

Rémi Lamerat débarque sur la pointe des pieds, fort d’une humilité que ses récentes performances en Argentine, avec le XV de France, auront à peine atténuée. Parce que son choix d’intégrer l’effectif pléthorique des Clermontois est voilé d’une inconnue : « J’avais besoin d’un coup de pied aux fesses. En choisissant l’ASM, c’était mon idée. À Castres, j’étais dans une forme de confort et je voulais me frotter à une grosse concurrence, pour me tirer vers le haut. Mais j’arrive sans certitude. À Clermont, je sais juste que les meilleurs jouent. Et quand je vois la saison que vient encore de faire Aurélien Rougerie… »

Parce que Wesley Fofana, quand il est dans de bonnes dispositions physiques, n’est sujet à aucune concurrence à même de rivaliser, comme il l’a encore prouvé en fin de saison dernière. La deuxième place au centre est promise à Lamerat, dans un an, quand Rougerie aura définitivement refermé le livre de son immense carrière. En attendant, son défi est de taille, pour une saison au moins.

Numériquement, Lamerat remplacera Jonathan Davies ou plutôt son ombre, qui s’est promenée pendant deux ans au-dessus de Marcel-Michelin sans jamais vraiment y poser ses valises. L’ancien Castrais sait aussi qu’il aura du temps de jeu, l’effectif clermontois étant soumis à une rotation régulière et Aurélien Rougerie, l’âge faisant, étant géré avec un soin particulier. De là à franchir une dernière étape dès cette saison, à s’installer au centre de l’attaque débuter les « gros » matchs et en profiter, du coup, pour devenir un élément de base du XV de France ? Sa saison sera riche en réponses.

La préoccupation du physique

En attendant, le néo-Clermontois prend ses marques dans sa nouvelle structure. Un nouveau projet de jeu, de nouveaux coéquipiers et ce CEP (Centre d’entraînement et de perfectionnement), flambant neuf et qui a largement contribué à le convaincre de choisir l’Auvergne, cet été, quand le Stade toulousain avait également mis le paquet pour le faire venir et que son club, le Castres olympique, souhaitait le prolonger.

Gravement blessé aux deux genoux dans ses plus jeunes années, Lamerat est un joueur particulièrement attentif à son outil de travail et, donc, aux méthodes de préparation physique. « Beaucoup de choses m’ont plu dans le projet clermontois, mais ce sont les conditions d’entraînement et une discussion avec le préparateur qui m’ont définitivement convaincu de venir », confiait le joueur cet été. Si tout roule et que Lamerat trouve la plénitude de ses moyens, l’ASM pourrait alors avoir signé un des gros coups de l’été.

Léo Faure
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?