De l’avantage d’être constant

  • De l’avantage d’être constant
    De l’avantage d’être constant
Publié le , mis à jour

Après cinq jours de stage sur l’île-de-Ré, les Brivistes ont disputé leur premier match de préparation à La Rochelle ce vendredi soir. L’occasion d’un premier état des lieux. Jusqu’à présent, la stabilité du staff et de l’effectif a permis de gagner du temps et de travailler sereinement. Un atout précieux.

Vendredi soir, les troupes brivistes ont bouclé leurs valises à l’hôtel Atalante de Saint-Marie-de-Ré et pris la direction du stade Marcel-Deflandre de La Rochelle, théâtre du premier match de leur saison. Pendant cinq jours, les Corréziens ont évolué en terrain connu. Ils avaient déjà fréquenté à trois reprises l’établissement en question, récent camp de base de la sélection espagnole de football au cours de l’Euro.

De manière générale, cette préparation est marquée du sceau de la continuité et des bonnes habitudes avec un encadrement inchangé, un effectif à l’ossature préservée et un recrutement très ciblé, limité à une dizaine de renforts - la plupart des transfuges pouvant être considérée comme étant des joueurs de compléments. Cette stabilité constitue un véritable atout en cette intersaison tronquée. S’il ne garantit rien en termes de résultat, le travail estival n’en est pas moins facilité : « C’est tout sauf un point négatif, estime Nicolas Godignon. Cela nous génère un gain de temps, ce qui est précieux vu la durée de la préparation. Les repères reviennent plus vite et ce qui est mis en place est rapidement intégré. S’il y avait eu de gros changements, ce que nous avons travaillé sur cinq jours lors de ce stage nous aurait, par exemple, pris deux semaines. »

Les recrues présentes dans le groupe

Après deux semaines dominées par du travail physique, les Corréziens, au complet, ont basculé sur du jeu en Charente-Maritime. Dans la lignée du projet dessiné au fil des saisons passées. « Il n’est pas question de révolutionner notre jeu du jour au lendemain. Il va juste évoluer par retouches à partir d’une base connue et partagée par le groupe. » Les avantages de cette constance se ressentent aussi en dehors du terrain : « Vu que tout le monde ou presque se connaît, tu as moins besoin de réserver du temps à des plages de cohésion. Tous les moments de partage et de convivialité se font de manière informelle. »

Nicolas Godignon et ses adjoints vont pouvoir mesurer, ce vendredi soir, les premiers effets de cette répétition de gammes et de cette reprise de contact. Un groupe de trente-trois joueurs a été retenu avec deux XV de départs distincts pour chaque période. Toutes les recrues devraient fouler la pelouse de Deflandre, dont le néointernational Julien Ledevedec et le prometteur numéro 9 géorgien Vasil Lobzhanidze. « Il n’y a pas vraiment lieu de faire une revue d’effectif, note Nicolas Godignon. Nous connaissons les gars. Il est davantage question d’évaluer le travail effectué cette semaine. » À deux semaines du déplacement à Lyon pour l’ouverture du championnat, Brive va pouvoir effectuer un premier état des lieux de son niveau de forme et de ses repères collectifs.

Dans la soirée, toute la colonie a mis le cap sur la Corrèze. Après un week-end de relâche, Arnaud Mela et ses partenaires aborderont la dernière semaine de préparation pure, conclue par le deuxième et dernier test face à Albi. « Nous aurions préféré en faire trois mais il n’était pas possible d’en ajouter un autre », regrette Nicolas Godignon. D’où l’intérêt de ne pas repartir de zéro.

Vincent Bissonnet
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?