• Gradignan, un souffle dans les voiles
    Gradignan, un souffle dans les voiles
Publié le / Modifié le
Fédérale 3

Gradignan, un souffle dans les voiles

Le rugby gradignanais s’engage dans une opération de relance avec deux nouveaux guides, un nouveau staff, et un effectif modifié par douze départs et dix-huit arrivées.

La petite histoire retiendra que depuis sa rechute de Fédérale 3 en Honneur, le club de Gradignan a vécu parfois des années difficiles. Les présidents Pierre Amouroux et Patrick Plottu ont beaucoup œuvré pour maintenir le RCG à un rang digne de la dimension économique et sportive de l’imposante commune de l’agglomération bordelaise. Mais qu’une volonté de changement soit apparue est un sentiment légitime. Et que cette opération de relance soit conduite par deux nouveaux présidents, les quadras et chefs d’entreprise Cédric Chabot et Éric Auriol, tous les deux enfants du club, accorde une certaine crédibilité à leur démarche. Elle a d’abord consisté à confier à un ancien joueur devenu un homme de terrain expérimenté, le soin de définir un projet sportif et constituer un staff performant. Invité à entrer dans la danse, Patrick Bergez a d’abord dit non. Depuis six ans, il se consacrait aux jeunes et cela lui correspondait bien. Ensuite, partageant le souci commun de « rendre au rugby… » et enfin convaincu de pouvoir participer à une belle aventure humaine, l’ancien patron sportif de Bazas a accepté le poste de manager.

Alors, la machine RCG s’est emballée. Et l’encadrement bâti par Patrick Bergez a fière allure. Tous ses membres sont surtout liés affectivement. Richard Darrambide et Didier Bayle coacheront l’équipe première. Auprès de la formation B, Patrick Bergez a tenu à conserver Cédric Hautefaille associé à Bastien Simonpiétri. Auprès d’eux, le médecin Jérémy Volante, le kiné Romain Lala et le préparateur physique Mathieu Trufart exprimeront leurs compétences. Et on ne peut passer sous silence la présence auprès du manager de Patrice Renard en charge de la logistique, et du joueur Benjamin Pesteil recruté pour assurer le développement de l’école de rugby présidée par Olivier Fragne. Pour ces enfants, le débouché est grand ouvert sur l’Entente des Graves qui regroupe les cadets et juniors de Gradignan, Léognan, Cestas et La Brède.

Une cellule emploi formation

« Je veux d’abord construire, martèle Bergez. Je ne sais rien faire seul mais je sais très vite m’entourer. J’ai fait revenir au club des joueurs qui s’étaient éloignés. Nous devons recréer une identité et c’est aussi pour cela que je souhaite impliquer dans notre fonctionnement les anciens : « les Ruines de Cayac ». Nous ne cachons pas que nous avons la volonté de retrouver la Fédérale 3 mais nous ne fixons aucune échéance. Avant de vouloir monter, nous devons asseoir le club sur des bases saines et solides, travailler et construire. » Revenir à terme en division fédérale et surtout y rester, c’est l’objectif avoué des présidents Auriol et Chabot. Ils militent pour un projet global, « un projet sportif, éducatif et social ».

C’est ainsi que vient d’être créée par des chefs d’entreprise une cellule emploi-formation qui a offert à cinq jeunes une formation en alternance. « Ce ne sont pas que des paroles, promet Éric Auriol. Nous avons les structures et le budget, à Gradignan la vie économique est très bonne et nous sommes soutenus par de nombreux partenaires. On va faire des efforts qui n’avaient pas été faits. Nous sentons un engouement. »

Le navire RCG est prêt à affronter la grosse mer. L’ensemble de l’équipage n’ignore pas que les courants du championnat Honneur seront agités mais le bon vent gonfle la voile. La route est tracée entre changement et continuité.

Rugby Club gradignanais

Date de création : 1971.
Nombre de licenciés : 230.
Plus haut niveau atteint : Fédérale 3.
Palmarès : champion de Côte d’Argent Honneur (2003), champion de France Réserve Honneur (2007).
Budget : 175 000 €
En 2015-2016 : 9e de la poule Honneur de Côte d’Argent, maintenu.

Par Gérard Piffeteau

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir