L’Australie au rendez-vous

  • L’Australie au rendez-vous
    L’Australie au rendez-vous
Publié le , mis à jour

Le premier tournoi de rugby féminin a été remporté par l’Australie, confirmant ainsi son nouveau statut de numéro un mondial.

Une finale de rêve. Les deux meilleures équipes du monde face-à-face pour un choc tant attendu après trois jours de compétition. La puissance néo-zélandaise d’un côté, avec Kayla McAlister au sommet, et de l’autre la finesse et le jeu de passe australien, incarné à merveille par Charlotte Caslick. Une finale ouverte, spectaculaire où le collectif de l’Australie a mis à mal les individualités néo-zélandaises qui ne se sont exprimées qu’en fin de rencontre quand la victoire avait déjà choisi son camp. « C’était une rencontre avec une intensité exceptionnelle, reconnaissait McAlister. Je ne me souviens plus des cinq dernières minutes car c’était très dur physiquement et nous avons certainement perdu notre lucidité après autant d’effort. »

Canada en bronze

Une finale qui avait débuté, hors terrain, après les demi-finales, l’entraîneur néo-zélandais ayant déclaré que les Australiennes n’appréciaient pas le défi physique. « C’est pourtant complètement faux, rigolait Caslick une fois la médaille d’or autour de son cou. Les Néo-Zélandaises sont venues sur nous et nous les attendions de pied ferme. Surtout, leur volonté de nous affronter sur un petit périmètre nous a laissé des espaces sur les extérieurs. » Les Australiennes inscrivaient quatre essais, confirmant ainsi leur nouveau statut de meilleure équipe du monde puisqu’elles ont dominé le World Series cette saison, en remportant trois tournois sur les cinq possibles.

Une finale magnifique d’un tournoi féminin, sans grande surprise, puisque le podium a respecté la hiérarchie mondiale de la saison. La Nouvelle-Zélande venue à Rio pour entrer dans l’histoire mais aussi pour reprendre le leadership mondial n’a pas réussi son pari. Après, le podium, malgré les sourires de façade et « la fierté d’avoir remporté la médaille d’argent », selon une Kayla McAlister dont le visage exprimait tout autre chose, il était facile de comprendre la déception de cette équipe. En revanche, le Canada pouvait savourer sa médaille de bronze. En effet, la formation de Ghislaine Landry n’avait pas fait forte impression en phase de poule ni transcendé les foules lors de son quart de finale face à la France. Un tournoi traversé en réalisant à chaque fois les minima avant de livrer enfin une grande prestation lors du match de la troisième place, balayant une équipe de Grande-Bretagne qui paraissait pourtant au-dessus du Canada depuis le début de la compétition. Mais les grandes joueuses répondent toujours présentes dans les grands rendez-vous, à l’image de Landry qui marquait deux essais. L’autre belle performance de ce tournoi féminin est venue du Brésil car les équipes éliminées après le premier tour se disputaient la neuvième place, synonyme de qualification pour le prochain World Series. C’est ainsi que le Brésil, en arrachant ce billet, a réussi ses jeux Olympiques.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?