Les Brésiliens du rugby

  • Les Brésiliens du rugby
    Les Brésiliens du rugby
Publié le , mis à jour

Les Fidji n’ont pas manqué leur rendez-vous avec l’histoire en décrochant la première médaille de l’histoire du pays.

Des supporters partout dans le stade, un premier ministre aux premières loges, les Flying Fiijians n’avaient pas le droit à l’erreur à Rio. L’entraîneur anglais Ben Ryan avait été prévenu au moment de s’envoler pour les jeux Olympiques : « Soit vous gagnez et vous revenez au Fidji pour fêter cette médaille d’or, soit vous rentrez directement en Angleterre sans revenir ici. » Depuis jeudi dernier, les fans demandent sa naturalisation pour qu’il ne puisse plus quitter le pays ! Il faut dire que son équipe a survolé la compétition avant de corriger la Grande-Bretagne dans une finale à sens unique (43-7), remportant la première médaille Olympique pour les Fidji. C’est la plus grande victoire de l’histoire du pays et le 22 août sera férié pour fêter le retour des héros. Les célébrations ont ensuite durer plusieurs jours, tant l’euphorie est grande (au lendemain de la victoire, la compagnie aérienne Fiji Airways n’a servi que de la bière Fiji Gold sur ses vols). Ben Ryan, arrivé dans l’aventure en 2013 sans être payé pendant les quatre premiers mois, savourait ce triomphe : « Je suis tellement fier d’avoir eu l’honneur d’entraîner ces gars incroyables. C’est quelque chose qui n’arrive qu’une fois dans une vie. Cette équipe parle à toute une nation. Ce sont 355 îles qui font la fête aujourd’hui. Je ne pense pas que le reste du monde se rende vraiment compte ce que mes joueurs représentent aux Fidji. Ils sont tous les jours en première et dernière pages des journaux, et tous les soirs au journal télévisé. Il y a deux religions aux Fidji : l’église le dimanche, un jour sans sport, et le rugby tous les autres jours de la semaine. » Un événement heureux dont avait besoin le pays après le terrible séisme du mois de février comme l’expliquait le Premier ministre Frank Bainimarama : « Cette équipe a réuni tout le monde derrière elle et le pays en avait besoin en cette année éprouvante. »

 

Les « Français » au top

Pour décrocher ce succès olympique, les Fidjiens se sont encore une fois transformés en magiciens. Cette équipe est toujours aussi déconcertante, ne proposant certainement pas le rugby le plus préparé, le plus organisé de la compétition, mais avec cette faculté à faire vivre le ballon, a toujours trouvé du soutien en mouvement. Mais ils ont aussi fait mal à tous leurs adversaires par leur faculté à combattre dans le sol, en étant robustes dans les duels, en marquant aussi bien les corps que les esprits.

 

Enfin, Ben Ryan peut compter sur des individualités exceptionnelles. D’ailleurs, les joueurs du Top 14 ont été particulièrement en vue. Le Toulousain Semi Kunatani, peu utilisé la saison dernière mais qui devrait trouver une place dans la rotation à son retour, et le Toulonnais Josua Tuisova, dont les raffuts ont fait sensation à Deodoro, ont été logiquement nommés dans l’équipe type du tournoi mais Leone Nakarawa (recrue du Racing 92) aurait pu aussi y figurer tant il a été précieux à Rio. Combattant inépuisable, il est certainement le joueur le plus indispensable pour que cette équipe de magiciens trouve son équilibre. Sensationnels à Rio, reste à savoir dans quelle forme ils reviendront en France après les festivités prévues au pays. Et surtout, quand reviendront-ils ?

 

On vous présente les 12 déjà " historiques "

 

Apisai Domolailai :

C’est un pur joueur de rugby à VII, et un membre incontournable de l’équipe des Fidji. 96 sélections pour 117 points inscrits, le joueur de 27 ans est un aussi et surtout un redoutable plaqueur.

 

 

Jasa Veremalua :

C’est le joueur le plus impressionnant techniquement de cette équipe. C’est vous dire... Son style est atypique. Il tient pratiquement toujours le ballon d’une seule main, se servant de l’autre pour raffûter ou délivrer un off-load s’il est plaqué. 123 sélections pour 255 points inscrits. Leader.

 

 

Josua Tuisova :

A XV ou à VII, il est de toute façon quasi impossible à arrêter. Même s’il a coûter des essais à son équipe, il en a marqué le double donc... C’était seulement le deuxième tournoi à VII de sa carrière, lors du premier (à Paris lors World Sevens) il avait fini meilleur joueur, lors des Jeux, il en était pas loin.

 

 

Kitione Dawai :

23 ans et déjà champion olympique . Kitone Dawai n’est pas le plus connu des fidjiens mais c’est un titulaire dans l’esprit de son entraîneur Ben Ryan. A l’instant des Fidjiens, il est utilisé pour sa défense, très rugueuse et très technique dans un sport comme le VII

 

 

Leone Nakarawa :

Un quinziste ! Le futur joueur du Racing 92 a laissé entrevoir les prémisses de ses qualités lors de ce tournoi. Impressionant lors de ses années écossaises à Glasgow. Il est très fin pour un deuxième ligne, mais très technique. On pourrait assister à le venue d’un nouveau type de joueur qui pourrait détonné en France !

 

Samisoni Nasagasevi :

Lui aussi évolue à XV. Il y aura un champion olympique à Sapiac cette saison ! Le joueur de Montauban a réalisé un super tournoi olympique. Une force d’attaque impressionnante, un soutien omniprésent ! Viriviri de son vrai nom a peut être changé de dimension avec cette médaille.

 

 

Savenaca Rawaca :

Pur joueur de VII, un spécialiste comme il en faut dans chaque équipe.

 

 

Semi Kunatani :

Le Stade Toulousain ne s’est pas trompé en recrutant le Fidjien Semi Kunatani, spécialiste du rugby à 7. Âgé de 24 ans (1,92 m et 98 kg), il s'est engagé pour deux saisons et se positionnera au sein des trois-quarts. Lors de ce tournoi olympique, le néo-stadiste a tout simplement été phénoménal comme toute son équipe d’ailleurs. Il a transpercé les lignes de quasiment toutes les formations du tournoi, tantôt passeur décisif, tant finisseur, il a fini logiquement dans l’équipe-type de la compétition.

 

 

Jerry Tuwai :

Il joue au pays dans le club de Davetalevu. Il s’est mis au VII il y a deux ans et c’est une bonne rotation de l’équipe de Ben Ryan. Il a fait un tournoi olympique correct.

 

 

Vatemo Ravouvou :

Homme de devoir, il est comme Rawaca, un spécialiste du VII.

 

 

Viliame Mata :

Le futur joueur d’Edimbourg a choisi de se lancer dans le rugby à XV cette saison. Il ne compte pas beaucoup de sélections avec les Fidji, mais c’est un joueur d’avenir. Va-t-il alterner entre le XV et le VII dans le futur.

 

 

Osea Kolinisau :

 

Le cadre et capitaine de cette équipe. Plus de 1000 points marqué et 100 essais inscrits. A 31 ans, Osea Kilinisau est à l’apogée de sa carrière.  

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?