« On a remis les compteurs à zéro »

  • « On a remis les compteurs à zéro »
    « On a remis les compteurs à zéro »
Publié le , mis à jour

Pour le troisième ligne centre, Sergio Parisse, il était important que le club parisien renforce son Staff technique afin de repartir sur de bonnes bases et oublier la déception de la saison dernière. Désormais, place au jeu.

Dans quel état d’esprit débutez-vous cette nouvelle saison ?

On a hâte d’attaquer cette nouvelle saison pour vraiment laisser derrière nous la saison précédente, qui a été très décevante. On a remis tous les compteurs à zéro, en travaillavant avec beaucoup d’enthousiasme et beaucoup d’envie. J’espère que nous allons retrouver le niveau de jeu que nous avions atteint durant toute la saison 2014-2015, qui nous avait permis d’être sacrés champion de France. J’ai le sentiment que nous avons fait une préparation très intense, notamment lors du stage à Faro, au Portugal. Évidemment, la vérité appartient au terrain. C’est lui qui nous dira si nous sommes ou non sur le bon chemin.

Un seul match amical durant votre préparation marqué par une défaite à Toulon, n’est-ce pas trop peu ?

D’un côté, c’est peu. De l’autre, certaines équipes ont blessé des joueurs en disputant plusieurs rencontres durant leur préparation. Ce n’est pas simple de trouver le bon équilibre, le juste milieu. Un seul match, ce n’est pas assez pour trouver les bons repères mais durant tout notre stage, nous avons travaillé avec 45 joueurs, ce qui nous a permis de faire un petit match entre nous et de retrouver le rythme de la compétition. De toutes façons, quel que soit le nombre de match amicaux réalisé, toutes les équipes ont besoin des trois ou quatre premières journées de championnat pour bien rentrer dans la compétition. Et durant ces premiers matchs, il y a toujours quelques surprises... certaines équipes bénéficiant d’un peu plus de temps que d’autres pour se préparer.

Justement, le Stade français est-il à l’abri d’une mauvaise surprise samedi à domicile contre Grenoble ?

D’abord, c’est bien de commencer le championnat à domicile. Ensuite, on va tout faire faire pour éviter ça. On se méfie énormément de Grenoble. Ces deux dernières saisons, cette équipe nous a battu à la maison (lire ci-dessous, N.D.L.R.). Les Grenoblois jouent un très bon rugby depuis plusieurs saisons, mais, pour nous, il est très important de bien débuter l’année. Perdre le premier match domicile serait un échec. Mentalement, ce serait difficile à encaisser. Mais tout ça, ce sont des mots. On peut dire tout ce que l’on veut avant un match, il faut le valider sur le terrain.

Le club a considérablement renforcé son staff technique. Était-ce, selon vous, la priorité ?

C’est important pour Gonzalo (Quesada) d’avoir des assistants compétents, sur qui il peut s’appuyer au quotidien. Après le départ de Jeff (Dubois), on avait bien senti que Gonzalo avait une très grosse charge de travail à supporter. Le club a décidé de recruter Greg (Cooper) et Omar (Mouneimne). Désormais on a un staff plus riche, plus complet. Gonzalo y trouve probablement des bénéfices car il peut prendre du recul et ainsi gérer d’autres choses.

Que vous ont apporté Cooper et Mouneime ?

C’est sûrement un peu tôt pour le dire mais ils sont arrivés avec beaucoup d’enthousiasme et beaucoup d’envie. Vous savez, pour les joueurs, ça fait vraiment du bien d’être confronté à des changements, de découvrir de nouvelles méthodes, de voir de nouvelles têtes, d’avoir de nouveaux avis. Greg et Omar viennent de l’hémisphère Sud avec des idées différentes, un œil aussi différent. J’espère maintenant que ça se verra sur le terrain.

Arnaud Beurdeley
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?