Croquer davantage

  • Croquer davantage
    Croquer davantage
Publié le , mis à jour

Élimine depuis deux saisons en seizième de finale, le club dromois se verrait bien cette année pousser un peu plus loin.

Il est aujourd’hui un habitué de la Fédérale 2. Un trublion respecté. Toujours difficile à bouger au pied du Vercors. Sur le grand livre du club, il y a un bail de vingt ans presque ininterrompu à cet étage et deux phases finales de rang sur ses deux dernières années. Cela donne le ton. Sauf que le club de la Drôme met, cette fois-ci, le cap sur le sud. Pour des retrouvailles avec Bédarrides ou Châteaurenard et des voyages jusque sur la Côte méditerranéenne. Direction Hyères-Carqueiranne, Nice et Saint-Raphaël-Fréjus. « D’ores et déjà, on sait que ce sera un exercice difficile, observe le technicien Yannick Armand. Depuis deux saisons, nous étions versés dans la poule du Nord. Or, celle du Sud est dix fois plus âpre. Il y a davantage d’agressivité. L’arbitrage y est moins tatillon. Et c’est toujours plus complexe de ramener des résultats de ses voyages. »

« Le jeu d’avants y est plus dense et plus rugueux », brosse, pour sa part, Frédéric Bret. Du reste, la dernière fois qu’ils s’étaient retrouvés avec les Méridionaux (saison 2013-2014), les Saint-Jeannais n’avaient pas réussi à composter leur ticket pour la phase finale. Autrement dit, Saint-Jean-en-Royans va devoir rester aussi solide que l’exercice passé à la maison, mais aussi montrer une plus grande largeur d’épaules en voyage. « On va déjà chercher à réussir notre entame, se projette Yannick Armand. De toutes les façons, on ne se sait pas trop où l’on va. Quand on voit le recrutement de Hyères-Carqueiranne, cela fait peur. Trouver le nom des six clubs qui boucleront en tête semble complexe. » Cela n’interdit pas de nourrir des ambitions. Il y a bien évidemment le traditionnel « maintien » mais il y a surtout la volonté de se hausser du col et de boucler, comme depuis deux ans, sa saison régulière dans le cercle étroit du carré de tête. « On peut faire mieux que l’an dernier, assure Yannick Armand. Il y avait la place pour boucler au deuxième rang mais nous avons perdu trop de matchs à l’extérieur. Il nous manque peut-être un peu d’ambition et davantage d’appétit. Ce serait quand même bien d’essayer de jouer enfin un match retour de seizième de finale chez nous, de chercher à pousser plus loin une aventure. »

Du mental et un rugby plus complet

On connaît pour cela la force des Saint-Jeannais. Leur caractère bien trempé et leur volonté de rien lâcher en s’appuyant sur leur traditionnel jeu d’avants. « Cela a toujours été l’identité du club, reconnaît Yannick Armand mais on doit mieux utiliser les largeurs et montrer davantage d’alternance dans notre rugby. Avec Frédéric (Bret, N.D.L.R.), c’est là-dessus que l’on porte notre effort depuis deux saisons. On doit prendre plus d’initiatives dans le jeu, oser plus de relances à la main… » Il est vrai qu’avec une moyenne d’âge de 23-24 ans, la marge de progression est réelle. « Quand il le faut, on doit savoir s’appuyer sur le pick and go mais montrer aussi du jeu en mouvement, du volume et prendre du plaisir », insiste Frédéric Bret.

D’ici là, les Saint-Jeannais ont inscrit à leurs éphémérides trois matchs amicaux. À Montélimar (le 20 août), puis face à Saint-Savin (le 27 août) et Rumilly (le 4 septembre). Trois rendez-vous avant de prendre le chemin de la Savoie et de Valloire pour un ultime stage d’oxygénation de deux jours (les 10 et 11 septembre). Il sera alors temps pour Anthony Revol, Simon Odeyer, Rémy Mandon et leurs copains de se plonger dans le championnat dont le premier match sera joué à Montélimar.

Sporting Club royannais

Date de création : 1909

Nombre de licenciés : 295

Plus haut niveau atteint : Fédérale 2

Palmarès : champion de France de Fédérale 2B (2014, 2016)

Budget : 630 000 €

En 2015-2016 : Fédérale 2, 3e de la poule 3, éliminé en seizièmes de finale par Hyères-Carqueiranne

Par Olivier GAGNEBIEN

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?