Une nouvelle ère

  • Une nouvelle ère
    Une nouvelle ère
Publié le , mis à jour

Castanet - Éliminés au premier tour de la phase finale malgré une belle saison, les Haut-Garonnais vont connaître un gros lifting puisque leurs coachs emblématiques ont décidé de passer la main.

Troisièmes de la poule 3 derrière les gros bras que sont Nevers et Auch. à y regarder d’un peu plus près, on se dit que cette équipe de Castanet avait le potentiel pour réaliser une belle phase finale. Pourtant, dès le premier tour, les hommes du duo Fossat-Dessacs ont trébuché face à une formation girondine de Saint-Médard-en-Jalles mieux préparée. Pour Thierry Fossat, il y a là un gros paradoxe : « Cette saison, nous nous sommes rendu compte qu’il n’était pas utile d’avoir un budget de 5 millions d’euros pour être classés juste derrière les ténors de la poule. Quelques jours plus tard, en huitième de finale, nous avons découvert que nous étions dépassés par une équipe de Saint-Médard-en-Jalles bien plus fraîche, plus entraînée et plus équipée que nous. Lors du dernier match de championnat, après notre succès face à Bagnères-de-Bigorre, nous nous pensions champions du monde… Mais nous sommes malheureusement vite revenus à la réalité. Malgré cela, tout n’est pas à jeter. Notre saison est belle malgré tout, même si nous aurions aimé passer un tour de plus en phase finale. »

Bourdin et Le roux aux commandes

Thierry Fossat, aux commandes de l’équipe castanéenne depuis onze saisons, accompagné par Jean-Louis Dessacs depuis quelques années, a donc décidé de passer la main : « C’est bien pour tout le monde. J’étais trop impliqué. Beaucoup de choses reposaient sur moi. à force, c’était devenu usant. Et le projet ne me correspondait plus. J’aurais voulu intégrer davantage de jeunes. Du coup, j’ai préféré laisser ma place. »

Fatigué mais pas aigri, Thierry Fossat s’est lancé dans l’entraînement des jeunes de Colomiers en espérant, dans le futur, coacher à plus haut niveau. Mais le technicien reste disponible pour son ancien club : « J’ai conseillé à Castanet de recruter Antoine Bourdin pour entraîner les avants. Je pense que c’est la personne qu’il fallait au club, au groupe. Il est plus lisse que moi, il a un bon état d’esprit. Je serai là pour lui s’il a besoin de conseils mais je ne veux pas l’influencer. »

Antoine Bourdin sera accompagné dans sa mission par Nicolas Le Roux, ancien professionnel lui aussi, qui entraîne également l’équipe de Belgique à VII : « J’ai un peu fait le tour du rugby à VII, même si cela me passionne toujours autant. J’avais envie d’un nouveau challenge et je trouve que le haut niveau amateur est intéressant. Je n’ai pas participé au recrutement de l’équipe et je ne peux donc pas trop m’avancer sur les objectifs. Je vais analyser tout cela tranquillement. Notre poule n’est pas très géographique et nous savons, par conséquent, que nous allons devoir faire face à de gros déplacements. En attendant le début de championnat, nous allons disputer trois matchs amicaux. Nous y verrons ensuite un peu plus clair… »

Castanet est un habitué de la phase finale. Cette saison encore, les Haut-Garonnais devraient bien figurer dans cette Fédérale 1. Mais avant cela, les Castanéens devront s’habituer à un nouveau fonctionnement en interne. Le début d’une nouvelle ère ?

Avenir castanéen

Date de création : 1968

Nombre de licenciés : 350

Plus haut niveau atteint : Fédérale 1 (2009)

Palmarès : champion de France de Fédérale 2 (2009), Fédérale 2B (2008) ; champion des Pyrénées Honneur (1994), Première Série (1980), réserves Honneur (1993), Réserve (1990, 1991)

Budget : 430 000 €

En 2015-2016 : Fédérale 1, 3e de la poule 3, éliminé en huitièmes de finale par Saint-Médard-en-Jalles

Par Mathilde LACROUTS

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?