Montpellier, Pau et Grenoble au tapis

  • Montpellier, Pau et Grenoble au tapis
    Montpellier, Pau et Grenoble au tapis
Publié le / Mis à jour le

En concédant les premières défaites à domicile de la saison, Héraultais, Béarnais et Isérois se sont d’ores et déjà placés sous pression et devront réagir dès la semaine prochaine. Tout sauf évident. 

Dans un championnat annoncé comme plus relevé que jamais, le moindre point égaré à domicile coûtera à l’évidence très cher. Et si les Rochelais ont réussi dès la deuxième journée à récupérer leurs points perdus à domicile la semaine précédente face à Clermont 

(30-30), d’autres se trouvent d’ores et déjà en négatif au classement britannique. C’était déjà le cas du promu Lyon, tenu en échec par Brive lors de l’ouverture du championnat (15-15), qui ne se faisait probablement que peu d’illusions lors de son déplacement à Colombes. C’est désormais aussi le cas de Bayonne, contraint au partage des points par des Castrais accrocheurs au terme d’un match sans essai (12-12), déjà le troisième depuis le début de la saison.

 

Derbies tendus face aux promus pour Pau et Grenoble

 

Toutefois, ce n’est pas sur les bords de l’Adour que la situation est déjà la plus critique dans les Pyrénées-Atlantiques. Mais bien sûr les rives du gave, à Pau, où la Section n’a pu faire mieux qu’une défaite bonifiée devant Toulon (18-22). Avec un petit point au classement, les Béarnais se retrouvent d’ores et déjà sous pression. D’autant que se profile samedi prochain un «derby » des plus épicés avec l’Aviron, qui n’aura strictement rien à perdre sur la pelouse du Hameau…

Toutefois, à l’autre bout de la France, un autre choc local aura l’odeur du soufre. On veut bien évidemment parler de l’affrontement entre le Lou, qui ne peut pas se permettre un deuxième résultat négatif à domicile, et le FC Grenoble, qui n’a plus gagné depuis le 2 avril dernier face à Oyonnax. Battus pour la quatrième fois consécutive en Top 14 sur leur pelouse du stade des Alpes par La Rochelle (19-22), les Isérois démarrent leur saison à l’exact opposé des précédentes, souffrant actuellement d’une inquiétante épidémie de blessures.

 

Montpellier, la grosse déception

 

Reste que la véritable déception de ces deux premières journées n’est pas à rechercher du côté de Pau ou Grenoble, qui savent pertinemment disputer une saison cruciale pour le maintien. Mais bel et bien de Montpellier, demi-finaliste malheureux la saison dernière, qui apparaît à la croisée des chemins… Toujours aussi solides au niveau des avants, les «Langueboks » peinent à intégrer leurs recrues, ainsi qu’en a témoigné le revers subi ce dimanche. Alors certes, pareils atermoiements peuvent sembler logiques au bout de seulement deux journées. Certes, le MHR n’a jamais chuté que devant Toulouse puis Clermont, les deux leaders de ce début de saison. N’empêche que la prestation des hommes de Jake White a interpellé, à l’image d’une première mi-temps où ces derniers, dans un désir d’évolution, se sont fourvoyés dans un jeu contre-nature. Nantis d’un seul petit point comme ses compagnons d’infortune, les Héraultais devront se refaire à Chaban-Delmas face à l’UBB sous peine d’un zéro pointé au bout de trois journées. Tout sauf un cadeau…

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir