Le final et la finale à Hull

  • Le final et la finale à Hull
    Le final et la finale à Hull
Publié le , mis à jour

Hull FC a succédé à Leeds au palmarès à l’issue d’une rencontre très équilibrée. Menés 0-10 à l’heure de jeu, les « Airlies Birds » ont trouvé les ressources pour s’imposer.

En ce samedi 27 août, le Hull FC a fait d’une pierre deux coups. D’une part, il a remporté la quatrième Cup de son histoire (lire encadré) et surtout il s’est (enfin) imposé dans le temple de Wembley après sept tentatives infructueuses (1959, 1960, 1980, 1983, 1985, 2008 et 2013). Pour succéder à Leeds, ceux qui répondent au sobriquet des « Airlies Birds » ont tout de même donné des sueurs froides à leurs supporters. À moins de deux minutes du terme, Warrington s’est procuré la balle de match par l’intermédiaire de son deuxième ligne Ben Currie qui avait parfaitement pris l’intervalle et la direction de l’essai victorieux. Finalement, une prouesse défensive du talonneur, Danny Houghton, a changé le destin de cette finale. D’un merveilleux geste technique, il a fait gicler la balle des doigts de l’infortuné Ben Currie. Hull et sa colonie de supporters avaient frisé la correctionnelle.

La pénalité manquée de Gidley

Vingt minutes plus tôt, les chances de succès du leader de la Super League étaient plus que compromises. L’euphorie était du côté de Warrington. Ce dernier avait fait preuve d’une plus grande pertinence tactique, défensive et sa charnière (Sandow, Gidley) pesait parfaitement sur cette finale. À la 55e minute de jeu, la faveur du tableau (10-0) était totalement justifiée pour le deuxième de la Super League. En souffrance, à la recherche d’un second souffle, Hull a finalement trouvé les arguments pour inverser le cours de la rencontre. « Cette finale se joue sur des petits détails, peste Richard Agar, le coentraîneur de Warrington et ancien sélectionneur du XIII de France. À la reprise, Kurt Gidley manque une pénalité bien placée qui nous aurait permis de creuser un peu plus l’écart au score. Sa sortie sur blessure nous déstabilise également. Hull est une grande équipe, la moindre faute commise se paye au tableau d’affichage. »

Après l’heure de jeu, Hull vraiment résigné a retrouvé le jeu qui l’affectionne. Son maître à jouer le demi de mêlée, Marc Sneyd très discret pendant soixante minutes s’est totalement métamorphosé. Sur un modèle de passe au pied, il est décisif sur la première réalisation de son centre Mahe Fonua (61e) et à cinq minutes du terme, il est le dernier relayeur sur l’essai victorieux de l’arrière Jamie Shaul (74e). Après ce final à couper le souffle, le lauréat 2016 de la Cup lorgne maintenant vers la Super League, le seul trophée qui manque à son palmarès. n

Hull FC : la quatrième Cup

Samedi à Wembley, le Hull FC a disputé sa seizième finale de la Cup et remporté le quatrième trophée de son histoire. Le « FC » s’est imposé en 1914 face à Wakefield 6-0, en 1982 face à Widnes. La première finale s’était conclue par un match nul 14 -14 et fut rejouée une semaine après à Leeds pour une victoire 18-9. En 2005, il s’est imposé au Millennium de Cardiff face à Leeds 25-24. Désormais, le palmarès va accueillir l’année 2016. À douze reprises, les « Airlies Birds » ont connu l’amertume de la défaite en 1908, 1909, 1910, 1922, 1923, 1959, 1960, 1980, 1983, 1985, 2008 et 2013.

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?