L’heure d’apprendre

  • L’heure d’apprendre
    L’heure d’apprendre
Publié le , mis à jour

Fédérale 1 Elite - Après une première partie de saison séduisante, le club ardèchois a connu des difficultés par la suite, avec de nombreux blessés. Une leçon à retenir, pour l’avenir.

Une véritable déception. De celles qui marquent les esprits. Candidat au Pro D2 en début de saison, le Rugby Club Aubenas-Vals n’est pas monté. Bien au contraire. Son aventure s’arrêtant dès les huitièmes de finale du trophée Jean-Prat. « Nous sommes forcément déçus puisque notre parcours est en dessous de nos espérances. L’objectif de la saison était de monter mais des circonstances et un format inéquitable de la Fédérale 1 nous ont empêchés de l’atteindre », confie Conrad Stoltz. Des regrets légitimes, au vu de la première partie de saison réussie par les Ardéchois. Mariano Taverna et ses partenaires ne perdant qu’un match lors de la phase aller. Au point de caracoler dans le top 6 national, synonyme de phase finale d’accession. « Sur les six premiers mois de la saison, nous avons vu une véritable progression. Les joueurs proposaient beaucoup de jeu et des contenus intéressants, ce qui était une grosse satisfaction pour nous. Peu de personnes nous attendaient d’ailleurs à ce niveau. »

Tendre vers une constance permanente

Non, les hommes du duo Raynaud-Stoltz n’étaient plus outsiders. Leurs performances validant leur transformation vers un redoutable favori. Avec un exploit à Bourg-en-Bresse pour remettre les choses à l’endroit. « Nous sommes allés les battre chez eux alors qu’ils venaient de gagner leurs quatre premiers matchs à l’extérieur. Maintenant, il n’y a pas eu photo dans le jeu et ce jour-là, le meilleur a gagné. Nous nous sommes véritablement « pelé » le match et s’il y a un moment à sortir de la saison, c’est celui-là. »

Problème, cette euphorie s’est brutalement stoppée. Et ce, par une fraîche après-midi de janvier. Qui plus est, dans un derby face à Romans. Le RCAV encaissant trente points et un bonus offensif (8-34). Un des tournants de la saison du groupe ardéchois. « Ce n’est pas la manière qui me gêne mais plutôt le fait que nous ayons donné quatorze points. Nous étions dans le match et nous commettons deux erreurs que nous payons cash. Les nombreuses blessures, qui ont ensuite touché le groupe, n’ont pas arrangé les choses », rappelle Conrad Stoltz. Petites causes, grands effets.

Les Albenassiens-Valsois ne prenant que quatre points lors des trois premiers matchs de 2016. Un handicap qui ne sera jamais comblé par les hommes de Marc Raynaud et Conrad Stoltz. « Nous avons perdu beaucoup trop de points sur cette période. Cela démontre que si nous voulons arriver au haut niveau, il nous faut beaucoup plus de constance. Les joueurs l’ont bien compris et ils ont ainsi mesuré ce qui les sépare des grandes équipes. » De la trempe des grosses cylindrées de Fédérale 1. Un cap dont le huitième de finale face à Lavaur est un véritable symbole. Au point de laisser des regrets aux partenaires de Mariano Taverna. « Nous avons des regrets car c’est une confrontation que nous ne devons jamais perdre. Sauf qu’en phase finale, tout est possible. L’équipe a essayé d’aller au bout mais nous étions vraiment déçus de ne pas nous être qualifiés. » Un passage nécessaire pour continuer à grandir.

Rugby Club Aubenas-Vals

Date de création : 1966

Nombre de licenciés : 410

Plus haut niveau atteint : Pro D2 (1999-2003)

Palmarès : champion de France Nationale 1 (1999)

Budget : 1,7 million d’euros

En 2015-2016 : Fédérale 1, 3e de la poule 4, éliminé en huitième de finale du championnat de France par Lavaur

Par Corentin Vaissière

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?