Grenoble, la positive attitude

  • Grenoble, la positive attitude
    Grenoble, la positive attitude
Publié le

Battu à deux reprises et lanterne rouge du championnat, le FCG a dérogé cette saison à son habitude des départs canons. Pas toutefois de quoi susciter de doute au sein d'un groupe qui souhaite ne pas déjà tomber dans la sinistrose.

Deux matchs, deux défaites, dont une valise à Paris et un revers face à La Rochelle, concurrent direct au maintien à domicile. C'est peu dire que le début de saison du FCG ne s'inscrit pas dans la lignée des précédentes saisons, où le club isérois avait plutôt l'habitude des départs canons. De quoi accentuer l'incertitude qui entoure le club dans cette saison de transition ? Fatalement... Même si, face à cette situation, staff et joueurs alpins préfèrent adopter une positive attitude. Méthode Coué ou véritable lucidité ? Libre à chacun d'en juger, même si pour le manager Bernard Jackman, la situation demeure sous contrôle. « Les deux dernières saisons, on était bien jusqu’en janvier, tout le monde nous voyait qualifiés pour les phases finales et, immanquablement, il y avait une baisse de régime physique au printemps. Cette année, j’ai voulu faire en sorte que cela n’arrive pas et mis les moyens pour que les joueurs soient au top jusqu’en fin de saison. »

Le problème ? C'est que cette vision à long terme pénalise immanquablement les résultats immédiats, puisqu'entre les nombreuses absences de longue durée, déjà connues (suspension de Grice, blessures de Héguy, Barcella, Roodt) se sont ajoutées de nombreuses blessures musculaires qui ont mis sur le flanc Xavier Mignot, Mahamadou Diaby, Lucas Dupont, Fabien Gengenbacher ou Tino Nemani. Entre autres... Pas forcément les meilleures conditions, on l'avouera, pour un déplacement à Lyon dont l'importance ira bien au-delà de la suprématie régionale. « C'est vrai qu'obtenir une victoire rapidement serait essentiel pour que les joueurs se sentent à nouveau sûrs d’eux », convient Jackman. Rappelons en effet que le FCG n'a plus remporté le moindre match en Top 14 depuis le 2 avril, à Oyonnax...

 

« Le Top 14 est un marathon »

Il y aurait de quoi tomber dans la sinistrose, vous l'avouerez. Et pourtant, les joueurs alpins s'accrochent plus que jamais à leur étoile. « On est vraiment tôt dans la saison, s'exclame le deuxième ligne et ancien capitaine Ben Hand. L’avantage est que, si on perd quelques matchs, on peut trouver pourquoi, puis améliorer les choses tout de suite. On sait, à Grenoble, que le Top 14 est un marathon. On va améliorer les choses chaque semaine, à commencer par samedi. » « Je ne pense pas qu’il ait manqué grand-chose contre La Rochelle, prolongeait le demi de mêlée David Mélé dans les colonnes de LSD. On peut voir qu’on finit à trois points malgré deux essais refusés et dans le jeu on les a mis à mal quelquefois. Il faut que le moral soit bon, rester positif quoiqu’il arrive. Il faut dire à tout le monde, à tous les supporters et à toutes les personnes qui suivent le FCG de rester positif, d’être derrière le club. Nous, on donnera tout. Si on ne commence la saison pas trop bien pour la finir en apothéose, ça peut ne pas être trop mal... » À condition toutefois de marquer quelques points au classement avant la phase retour... Dès ce week-end à Lyon ? Tout un club l'espère.

Nicolas Zanardi
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?