Soyaux-Angoulême veut rivaliser

  • Soyaux-Angoulême veut rivaliser
    Soyaux-Angoulême veut rivaliser
Publié le , mis à jour

Défait à Oyonnax lors de la première journée, Soyaux-Angoulême reçoit l'autre promu, Vannes (vendredi à 20h) pour la deuxième journée de Pro D2. Et les Charentais entendent faire plus que bonne figure.

Présent en conférence de presse jeudi matin, le staff charentais est revenu sur le match d’Oyonnax avant d’évoquer la réception de Vannes. « On a digéré la défaite à Oyonnax » assure Julien Laïrle. « Le sentiment est mitigé, il y a un peu de frustration car on a rivalisé et le score est un peu lourd (36-10, N.D.L.R). Même si on a été dominé en conquête, dans le combat on a rivalisé ». Soyaux-Angoulême a déjà tiré un trait sur la première journée comme le confie le manager général. « Maintenant place à Vannes qui représente un match capital même s'il en restera vingt-huit à disputer. Pour ce rendez-vous on doit d'abord s'occuper de nous. On a des arguments pour rivaliser même si Vannes possède une équipe puissante » a déclaré le manager avant de poursuivre « j'espère que l'on va pouvoir compter sur le soutien de notre public. C'est un match couperet et on ne doit pas laisser le doute s'immiscer ». Soyaux-Angoulême devra toutefois malgré un effectif conséquent faire sans quatre joueurs, blessés à Charles-Mathon. Pour Rémy Ladauge, en charge des lignes arrière, les trois quarts ont « manqué de cohérence ». Chose qu’il faudra éviter pour pouvoir espérer l’emporter face à l’autre promu breton, vainqueur lui de son premier match de Pro D2.

 

Ne pas se poser de questions

Les coachs sont pourtant confiants comme le souligne Rémy Ladauge : « Face à Vannes on va devoir mettre en place ce que l’on a prévu. On a les armes si on met en place un jeu de mouvement. Surtout on ne doit pas manquer de confiance et ne pas se mettre une chape de plomb sur les épaules. Les joueurs ont les idées claires, il y a de la fraîcheur et de la concentration. On ne va pas se poser de questions ». Pierre Sagot, le préparateur physique du XV charentais estime « que sur la mobilité et les déplacements, les joueurs n’ont rien à envier aux autres ». Reste désormais à le prouver au stade Chanzi ce vendredi pour la première à domicile.

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?