Dry, une première sous pression

  • Dry, une première sous pression
    Dry, une première sous pression
Publié le , mis à jour

Barré à Pau, le double mètre sud-africain a débarqué à Montauban cette semaine. Son nouveau club a déjà besoin de gagner.

Le puissant deuxième ligne sud-africain Claude Dry a trouvé un accord avec Pau pour être libéré de son contrat. Barré par le quatuor en place dans le Béarn (Pierre, Boutaty, Ramsay, Pierce) et par les deux recrues (Metz et Tutaia), le géant sud-africain (2,03 m, 121 kg) n’entrait plus dans les plans de Simon Mannix et portera désormais les couleurs de l’USM. Et ce, dès vendredi soir et la réception de Biarritz. Daniel Bory, le président de l’USM, était particulièrement ravi d’accueillir dans ses rangs l’ancien Palois : « Claude est un grand champion. Il est avec nous depuis lundi et intègre déjà le système de jeu. Il s’entraîne avec le groupe et apparaît très en forme. » Il faut dire que le colosse venu de Perth est un vieil habitué du Pro D2, division dans laquelle il totalise plus de 190 matchs joués. Pierre-Philippe Lafond, l’entraîneur des avants montalbanais, fort de ses réseaux, a immédiatement senti le bon coup. Gros plaqueur, gros pousseur, Claude Dry compensera les blessures d’Olivier Caisso et de Ben Venter. Pour autant, le joueur n’a pas le statut de joker médical et rejoint donc le club tarn-et-garonnais de façon pérenne. Passé par le Natal, Montluçon, Dax et Pau, Claude Dry apportera toute son expérience et son amour du combat aux Montalbanais. Toujours est-il que le joueur ne débarque pas forcément au meilleur des moments et sa première se fera dans un contexte de pression certaine…

Un match à ne pas rater

Les Vert et Noir n’auront pas le droit à l’erreur vendredi soir. Le match contre Vannes, censé lancer la saison de la meilleure des façons, s’est avéré être un sacré traquenard dont les hommes de Pierre-Philippe Lafond n’ont pas su se sortir. Résultat des opérations, ils se retrouvent avec un enchaînement terrible à gérer (réception de Biarritz et de Mont-de-Marsan, déplacement à Aurillac et Angoulême) et déjà un impératif de victoire face au BO. Tout sauf une sinécure ! Le président Bory a déjà fait part de son mécontentement à ses joueurs et attend une grosse réaction d’orgueil vendredi soir à Sapiac : « Sans manquer de respect aux joueurs de Vannes, ce match me laisse un goût amer dans la bouche. C’est une vraie grosse déception, un coup d’arrêt dont je ne m’explique pas vraiment les raisons. L’équipe a joué à un niveau bien deçà de celui auquel nous nous attendions après les bons matchs amicaux et la préparation sérieuse. Il va falloir jouer et prendre du plaisir. Nous attendons tous une réaction d’orgueil face à Biarritz ! » Les Vert et Noir savent ce qu’il leur reste à faire pour retrouver la sérénité.

Par David Bourniquel

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?