Mission remobilisation

  • Mission remobilisation
    Mission remobilisation
Publié le , mis à jour

Loin de se laisser bercer par leur victoire à Grenoble, les Rochelais se sont remobilisés pour préparer ce périlleux déplacement.

Alors que beaucoup leur promettaient l’enfer en Top 14 il y a trois ans, les Maritimes ont su prouver que leur place était bien parmi les grands du rugby français. Méritée comme en témoigne aujourd’hui le bon départ des ambitieux Rochelais, qui ont démarré cette saison avec un match nul face à Clermont (30-30) et une première victoire à l’extérieur depuis un an et demi, samedi dernier à Grenoble (19-22), avant de se déplacer à Pierre-Antoine, cette terre maudite où ils avaient reçu une véritable correction il y a quelques mois (67-20, lire chiffre ci-dessous). Une nouvelle gifle briserait l’élan rochelais naissant. Voilà pourquoi cette semaine le principal mot d’ordre chez les Jaune et Noir fut celui de la remobilisation. Pour le manager rochelais Patrice Collazo, cette première victoire à l’extérieur acquise dès la deuxième journée pourrait presque avoir des allures de piège. «Il faut vite passer à autre chose » lance-t-il, préférant chasser tout risque de décompression. Et lorsqu’on évoque avec lui la nouvelle maturité acquise par son groupe, le manager rochelais préfère encore se montrer prudent : « Nous avons des indicateurs qui prouvent notre belle évolution. Mais dire que nous avons gagné en maturité, c’est beaucoup trop tôt. » Le manager connaît trop bien la difficulté d’un déplacement dans le Tarn pour éviter de s’enflammer. «Le groupe progresser chaque week-end et il doit surtout rester mesuré.»Un message qu’il a bien fait passer auprès de son groupe. « Il ne faut pas se croire supérieur parce qu’on a enfin remporté cette victoire à l’extérieur », balaye ainsi le trois-quarts centre, Pierre Aguillon.

Quand confiance rime avec prudence…

La victoire remportée au Stade des Alpes a fait du bien dans les rangs, confirmant le potentiel des Maritimes et portant leurs ambitions légitimes. «Ah si seulement le championnat pouvait s’arrêter là, ça nous arrangerait » ironise Collazo. Mais si son équipe figure à une jolie cinquième place, la saison ne fait que débuter... Tout le monde le sait et la confiance rochelaise rime ainsi avec prudence. Pour entretenir l’émulation et conserver l’humilité qu’il prône avec férocité, l’ancien pilier entend s’appuyer sur les vertus de la concurrence et d’un groupe étoffé, patiemment construit depuis trois ans pour résister aux tempêtes du Top 14. Prochain défi : Castres !

Par Jessica Fiscal

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?