Lyon n'a pas tremblé

  • Lyon n'a pas tremblé
    Lyon n'a pas tremblé
Publié le , mis à jour

Sous pression pour ce derby rhônalpin, les Lyonnais se sont appuyés sur une conquête largement supérieure pour s'octroyer une victoire aussi logique que bonifiée (32-13), engluant un FCG impuissant dans ses doutes.

Par Nicolas ZANARDI, envoyé spécial

 

LE MATCH

 

Il n'y a pas véritablement eu de match, sur la pelouse du Matmut Stadium. À l'occasion de ce derby, les Lyonnais se sont appliqués à faire les choses dans l'ordre, face à des Grenoblois trop démunis par les blessures. Dominateurs dans tous les secteurs de la conquête, plus puissants dans les duels, les Rhodaniens se sont appliqués à tuer tout embryon de suspense dans les 20 premières minutes au travers des essais de Virgile Bruni, puis Mike Harris. Car si les visiteurs eurent bien un sursaut par Aplon, ces derniers se sont avérés bien trop inférieurs en termes de puissance individuelle ou collective pour contrarier les desseins lyonnais. On en veut pour preuve, en deuxième période, ces deux essais inscrits par Carl Fearns derrière une mêlée conquérante, synonymes d'un bonus offensif des plus logiques, infructueusement contesté par les Grenoblois dans les dernières secondes.

 

 

LE TOURNANT

 

N'aurait-il pas mieux valu pour le FCG, finalement, que l'essai refusé à Figuerola par la vidéo au retour des vestiaires eut été accordé ? Certainement. Car sur la mêlée à cinq mètres qui suivit, les Isérois subirent une logique double peine, avec un carton jaune infligé à De Klerk, puis l'essai en force de Carl Fearns. Une réalisation synonyme de 22-13 et de break définitif, alors que les Alpins pouvaient nourrir quelques espoirs de bonus défensif après une fin de première période en trompe-l’œil. Après ce coup d'assommoir, la puissance des Lyonnais allait faire le reste...

 

 

L'ACTION

 

Une fois n'est pas coutume – appréciez l'ironie – on parlera ici de Gio Aplon. Auteur de son quatrième essai en trois matchs (soit la totalité des réalisations de son équipe depuis le début de la saison), le petit Sud-Africain a une nouvelle fois permis à son équipe d'y croire, à la 22eminute. Sur une action anodine, la pépite iséroise profitait d'un trou béant laissé par Paea à l'extérieur de son pilier Gomez-Kodela pour feinter la passe et parcourir, comme à la parade, les trente derniers mètres dans un fond de terrain désert. Las pour le Springbok, son effort fut aussi magnifique qu'inutile, comme (trop) souvent depuis le début de la saison.

 

 

LE JOUEUR

 

 

Il avait été, voilà deux saisons, libéré par le Grenoble après quatre ans de bons et loyaux services. Artisan de la montée et du maintien du FCG, Albertus Buckle n'en avait pas moins été récupéré à l'intersaison 2015 par le club rhodanien, désireux de renforcer sa première ligne. Et s'il avait été absent des feuilles de match durant les deux premières journées, nul doute que Pierre Mignoni avait une idée derrière la tête... En le titularisant pour son grand retour face à son ancien club, lemanager lyonnais a su jouer sur la corde sensible, et placé son joueur dans les conditions idoines pour réaliser un grand match. Ses vis-à-vis Walter Desmaison, puis Rossouw De Klerk, peuvent en témoigner. Et si l'essai de la victoire lyonnaise fut bien aplati par Fearns, c'est bien vers son pilier gauche que le numéro huit lyonnais s'est immédiatement tourné pour célébrer sa première réalisation. Tout sauf un hasard, croyez-nous...

 

 

 

LYON 32

GRENOBLE 13

À VENISSIEUX (Matmut Stadium) – Samedi 18h30 – 10827 spectateurs

Arbitre : M. Marchat (Midi-Pyrénées) Note **

 

Evolution du score : 3-0, 10-0, 10-3, 17-3, 17-10, 17-13 (mt), 22-13, 25-13, 32-13

 

LYON. 4 E de Bruni (9e), Harris (20e), Fearns (45e, 76e), Nalaga (74e). 3 T de Harris (9e, 20e), Potgieter (76e). 2 P de Harris (3e), Potigeter (64e)

 

GRENOBLE. 1 E d'Aplon (22e), 1 T de Wisniewski (22e), 2 P de Wisniewski (14e, 39e)

Carton jaune : De Klerk (44e), Coulson (71e)

Les meilleurs : Fearns, Buckle, Paea, Tuifua, Puricelli, Figuerola ; Aplon, Setephano

 

LES BUTEURS : Harris 1P/2, 2T/3, Potgieter 1P/1, 1/1 ; Wisniewski 2P/3, 1T/1

 

Lyon. 15. Armitage ; 14. Arnold, 13. Paea (21. Belan 69e), 12. Wulf, 11. Nalaga ; 10. Harris (22. Potgieter 60e), 9. Figuerola (20. Michalak 60e) ; 7. Bruni (19. Bonnaire 58e), 8. Fearns (7. Bruni 77e), 6. Puricelli (cap) ; 5. Privat (18. Bekhuis 52e), 4. Tuifua ; 3. Gomez Kodela (23. Clément 62), 2. Ivaldi (16. Mapusua 75e), 1. Buckle (17. Menini 54e)

 

Grenoble. 15. Aplon ; 14. Waqa, 13. Farrell, 12. Hunt (22. Sawailau 20e), 11. Battle ; 10. Wisniewski (21. Bosch 62), 9. Mele (20. McLeod 52e) ; 7. Alexandre (3. Desmaison 45e-54e), 8. Setephano (1. Taumalolo 73e), 6. Best (19. Vanderglas 54e) ; 5. Muldowney, 4. Hand (18. Marie 66e); 3. Desmaison (23. De Klerk 29e), 2. Bouchet (16. Jammes 62), 1. Taumalolo (17. Coulson 62)

 

 

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?