Le grand flou

  • Le grand flou
    Le grand flou
Publié le , mis à jour

Défait deux fois en deux matchs, dont un à domicile, le MHR piétine en ce début de championnat. Et pas seulement sur le terrain. le Montpellier qui impressionnait tant en fin de saison dernière n’est pas encore au rendez-vous...

Deux matchs, un point au classement et des tas d’interrogations. À l’aube de cette troisième journée de championnat, le MHR pointe à la douzième place du Top 14 et impressionne beaucoup moins qu’en fin de saison dernière. Comme si cette équipe était transfigurée. Face à Toulouse et Clermont, la puissance héraultaise a été contrée sans que l’équipe parvienne à trouver des solutions. Battue sur ses points forts. Seuls les mauls restent efficaces pour le collectif montpelliérain, qui pèche étrangement dans des secteurs pourtant maîtrisés ces derniers mois : la circulation défensive est anarchique, l’alignement a perdu dix touches en deux rencontres (quatre à Toulouse, six contre Toulouse) et l’équipe rendu vingt ballons (dix-huit à Toulouse, vingt-deux contre Clermont) dans le jeu courant.

Revenir aux basiques

Que se passe-t-il ? Contrairement à la saison dernière, qui avait vu l’arrivée des recrues s’étaler jusqu’au mois de février, tout est le monde est déjà là cette fois. Ou quasiment. Seuls Timoci Nagusa (lire ci-contre) et Joe Tomane (blessé) manquent à l’appel. Quoi, alors ? Il semble qu’à avoir trop voulu faire évoluer son rugby restrictif cet été, Montpellier soit en train de perdre son ADN. Confirmation de l’ailier Benjamin Fall : « On a essayé de changer pas mal de choses à l’intersaison et je pense qu’il faudrait revenir sur nos basiques, confiait-il à l’issue de la défaite contre l’ASMCA, dimanche soir. Il faudrait utiliser encore plus notre force, les mauls, pour que les défenses se resserrent et que des coups se libèrent sur les extérieurs. »

Pour se rassurer également. Car le champion de la dernière Challenge Cup affiche une fébrilité qu’on ne lui connaissait plus depuis des lustres. Et le temps presse (déjà) dans ce Top 14 de folie, dans lequel chaque point compte… Fusse-t-il pris (ou perdu) à la première journée. Benjamin Fall ne dit pas autre chose : « À la vue du classement et du contenu des matchs, on n’est vraiment pas bien. Il ne faut pas trop laisser de points en route. » Mission commando, donc, pour le périlleux déplacement à venir sur le terrain de l’Union Bordeaux-Bègles, qui réussit très bien aux Cistes habituellement (quatre victoires lors des cinq derniers matchs).

Pas le feu au lac ?

Un succès dimanche ne suffirait probablement pas à gommer complètement cette vilaine impression de flou laissée par le MHR en ce début de saison, mais il aurait au moins le mérite de rattraper comptablement la défaite à domicile concédée face à Clermont. Pour cela, les demi-finalistes du dernier Top 14 devront se recentrer sur les fondamentaux. Et pas seulement dans le jeu, alors que des turpitudes extra-sportives se sont déjà fait jour ces dernières semaines (lire ci-contre). « S’il n’y a pas le feu au lac » si tôt dans la saison, comme le soulignait à juste titre le centre Alexandre Dumoulin le week-end dernier, l’urgence est néanmoins présente.

Emilie Dudon
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?