Le Racing refroidit Toulouse

  • Le Racing refroidit Toulouse
    Le Racing refroidit Toulouse
Publié le , mis à jour

Plus réalistes, les Racingmen s'imposent 28 à 14 face à des Toulousains ambitieux mais trop brouillons. Les Stadistes enregistrent ainsi leur premier revers de la saison.

Racing 28 – 14 Toulouse

Par Pierrick Ilic-Ruffinatti

 

Résumé de la rencontre

Au terme d'une rencontre plus équilibrée que le score ne peut le laisser penser, les Racingmen s'imposent 28-14 face au Stade toulousain. Plus précis, les Franciliens ont notamment compté sur la réussite de leur métronome Dan Carter (cinq sur sept) et sur un alignement en touche dominateur. Précis et appliqués, les joueurs du duo Travers-Labit n'ont pas proposé un gros volume de jeu, mais ont pu compter sur un réalisme froid. Un essai de pénalité (Dorian Aldegheri qui écroule un maul), et deux essais inscrits dans les vingt dernières minutes (par l'intermédiaire de Bernard Le Roux et Juan Imhoff) leur ont permis de creuser l'écart. En face, les Toulousains ont été intéressants mais ont eu trop de déchets, notamment face aux perches. S'ils n'avaient pas échappés onze points au pied, les Haut-Garonnais auraient certainement pu jouer un coup face aux Champions de France. Mais avec les si... Au final les Racingmen se rassurent avant leur déplacement à Clermont, et la réception de Toulon, quand les Toulousains s'inclinent pour la première fois de la saison.

 

Le joueur de la rencontre - Casey Laulala

Moins médiatique que son compatriote Dan Carter, Casey Laulala n'en est pas moins indispensable. Après son récital face au LOU, le Néo-Zélandais a une nouvelle fois fait part de toute sa palette. Impeccable en défense, le centre francilien a réussi plusieurs offloads, et n'a cessé de mettre son équipe dans l'avancée. Très complémentaire avec Henry Chavancy, Casey Laulala est capable de débloquer une situation sur une passe bien sentie ou un crochet. Si Dan Carter est le dépositaire du jeu des Racingmen, Casey Laulala en est le régulateur.

 

L'essai de la rencontre – Bernard Le Roux (61e)

Après un point de fixation créé par le nouvel entrant Albert Vuli Vuli, Maxime Machenaud, d'un crochet intérieur élimine trois défenseurs et poursuit son effort sur quarante mètres. Mais repris, par Paul Perez et Yohan Huget, à moins de cinq mètres de sa ligne le demi de mêlée du Racing 92 ne peut inscrire le deuxième essai de la rencontre. Mais Yannick Nyanga qui avait bien suivi nettoie la sortie de balle et permet à Joe Rokocoko de servir Bernard Le Roux qui, déterminé, résiste aux plaquages d'Edwin Maka et de Richie Gray pour rallier l'en-but des Rouge et Noir.

 

Le fait du match

Alors que les Racingmen viennent d'inscrire un essai par l'intermédiaire de Bernard Le Roux (voir ci-dessus) les Toulousains réagissent du tac au tac. Après l'engagement le ballon balaye le terrain et Gaël Fickou sert au pied Paul Perez qui, lancé, pense rallier l'en-but. Mais c'était sans compter sur le retour de Brice Dulin qui pousse l'international samoan en touche. Un retour salvateur qui permet aux Racingmen de confirmer leur break (plus quatorze). Et si quelques minutes plus tard Sofiane Guitoune réduit l'écart, les jeux sont faits : les Haut-Garonnais ne feront jamais leur retard.

 

Les meilleurs

Racing 92 - Laulala, Szarzewski, Ben Arous, Dulin, Chavancy, Lauret.

Stade Toulousain - Fickou, Fa'asalele, Galan, Flood.

 

Les buteurs

Carter (3P/4, 2T/3) ; Marques (3P/6, 0T/1).

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?