L'UBB retrouve ses deux flèches

  • L'UBB retrouve ses deux flèches
    L'UBB retrouve ses deux flèches
Publié le , mis à jour

Les Bordelais n’ont marqué qu’un essai en trois match. Les retours de Talebula et d'Ashley-Cooper tombent bien.

 

Pour les Bordelais, cette venue de Bayonne tombe à pic. Une semaine après la déconvenue cuisante face à Montpellier, les Girondins vont retrouver le stade Chaban-Delmas. Certes, le rendez-vous sera très spécial puisque Bayonne, c’est le club entraîné par Vincent Etcheto qui arrivera en position de parfait outisder.  Les Bordelais ne voulaient plus parler de leur ancien entraîneur. On sait que son départ en 2015 fut teinté d’amertume.« Ce que je peux dire, c’est que nous avons remarqué que l’Aviron avait réservé quelques joueurs, peut-être pour présenter une équipe très forte chez nous, » expliquait Laurent Marti dès les minutes qui suivirent.

 

Manque de X factor

 

Le contexte sera un peu chaud, mais il sera finalement idéal si les Bordelais veulent se relancer en marquant, si possible, des essais. Les Girondins n’en ont marqué qu’un en trois matchs, par Jean-Marcellin Buttin à Toulouse sur un renversement près de la ligne après une touche et deux mauls. Madigan, finit le boulot par une passe tendue pour Buttin en bout de ligne sur l’aile droite. Mais ce fut la seule action vraiment dangereuse du match, « Oui, mais dans un match où nous n’avons pas eu souvent le ballon », expliqua Baptiste Serin. Contre le Racing, Bordeaux réussit une première mi-temps de qualité avec un essai refusé et une occasion nette. Contre Montpellier, l’UBB posséda le ballon bien plus souvent mais il n’en fit pas grand-chose de bon. Sur le plan offensif, l’UBB doit franchir un cap. Baptiste Serin s’est plaint d’un manque d’alternance, d’une absence de renversements justement. Laurent Marti, lui, évoque au contraire un plan de jeu « cohérent, avec des lancements intéressants. Mais il faut tenir compte de plusieurs choses, les Montpelliérains ont ralenti les sorties et l’arbitre, à l’inverse, des consignes annoncées par M. Méné, s’est plutôt occupé de l’attaque que de la défense. Il faut aussi se rendre compte que les essais du Top 14 ne sont pas si souvent marqués au terme d’actions de longue haleine. Ils doivent beaucoup à des « facteurs X » Avec Talebula, tout aurait été plus facile. »

 

AAC titulaire, Talebula remplaçant

 

Le staff bordelais est aussi conscient de ces recettes qui marchent moins que par le passé. Blair Connor par exemple, n’a pas apporté ses interventions chargées d’électricité dans la zone du demi d’ouverture. Les défenses adverses se sont habituées à fermer la porte. Elles ont aussi appris à se méfier des courses de Yann Lesgourgues, une autre arme quasi fatale de l’arsenal bordelais. Il faudra s’adapter à l’adaptation. N’oublions pas non plus que les Bordelais sont en phase de rodage d’un nouveau système de jeu offensif. Il est un peu plus programmé que celui de l’an passé qui laissait la part belle à la lecture du jeu et à l’inspiration. A l’intersaison quelques canevas supplémentaires ont été mis en place. Mais en milieu de semaine, la tendance s’est clairement dessinée. Adam Ashley-Cooper et Metuisela Talebula feront leur grand retour sur la pelouse, pile poil pour jouer les X Factor, un vrai cadeau du ciel. Le Fidjien rétabli de sa pubalgie débutera sur le banc, le second sera titulaire à l'aile droite. Rétabli après sa suspicion de commotion, il sait qu'on attend beaucoup de lui. Il  a assuré à plusieurs reprises qu’il se consacrera à cent pour cent à son club. Son absence au moment de la reprise avait fait un peu jaser car il était censé avoir mis un terme à sa carrière internationale, mais la patrie était en danger alors il a répondu à l’appel de Michael Cheika, ce qui n’avait pas été du goût de l’état-major bordelais. Il doit une petite revanche aux supporteurs girondins car sa première saison a eu des allures de rodage : quatorze matchs, douze titularisations en Top 14 pour cinq essais (plus deux en Coupe d’Europe). Le bilan n’avait pas été mauvais, mais beaucoup l’avaient jugé un peu tristounet au regard de la réputation du joueur. Il avait alterné au centre (le poste auquel il semblait destiné a priori) et à l’aile où le staff sembla le juger plus efficace. On attend de lui quelques éclairs, même si on n’oublie pas que l’an passé, il sauva aussi un succès à l’extérieur par une grosse performance défensive (c’était à Pau).

Jérôme Prévot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?