Le Stade français l'emporte au forceps face à Castres

  • Le Stade français l'emporte au forceps face à Castres
    Le Stade français l'emporte au forceps face à Castres
Publié le , mis à jour

Au terme d'un match hâché, le Stade français s'impose à Jean-Bouin face à Castres (29-25). L'arbitrage risque une nouvelle fois de faire parler.

Le résumé

Alors que la première mi-temps laissait présager un match soporifique, avec peu de temps de jeu et beaucoup d’approximations (conclue 13-6 pour le Stade Français), la seconde période a délivré un match tendu et prenant. Tout est parti avec une successions de carton distribué par monsieur Charabas. Le premier en jaune à Hugo Bonneval pour un placage haut. Le second quelques minutes plus tard, en rouge pour Plisson, en raison d’un geste déplacé au sol sur David Smith. A 15 contre 13, avec une mêlée à suivre à 5 mètres de la ligne, les Castrais se trouvaient dans une position idéale. Mais la mêlée a été écroulée, et c’est le pilier Castrais Lazar, pour une succession de faute collective répétées dans ce secteur, qui prenait un carton jaune à son tour. Le match est devenu tendu. Et Castres, qui poussait fort depuis la 50e minute, a réussi à passer devant pour la première fois de la partie, grâce à un essai litigieux de David Smith (voir homme du match). A 19-22 en supériorité numérique, les Castrais pouvaient voir venir. C’était sans compter sur une grosse bévue de David Smith. Sur le renvoi long joué sur lui consécutif à son essai, l’ailier s’est emmêlé les pinceaux au moment de dégager son camp. Arias a contré eta récupéré le ballon. Après une succession de phases de jeu à 5 mètres, le ballon a été envoyé sur l’ailier, où Geoffrey Doumayrou a mystifié son vis à vis d’un cadrage débordement. Essai et transformation en coin de Dupuy : Paris repassait devant (26-22), et l’heure castraise était passée. 

 

L’homme du match : Dupont, un éclair dans la défaite

Le demi de mêlée remplaçant castrais Antoine Dupont a fait une rentrée remarquable en deuxième mi-temps. Alors que Kockott et Urdapilleta s’étaient montrés assez peu inventifs dans l’animation du jeu, et même plutôt fébriles, Antoine Dupont a pris les choses en main dès son entrée sur le terrain. A la 53e, dans le sillage d’une relance Smith/Combezou, son accélération a provoqué un placage haut de Bonneval. Carton jaune pour l’arrière parisien, et 3 points pour Castres. A la 63e, dans ses 22 mètres, un peu par chance, alors qu’il voulait taper derrière un maul, mais qu’il avait lâché la balle en arrière, il a profité de son approximation qui a trompé les Parisiens, pour faire un départ explosif.  Une course de plus de 60 mètres qui a mis le feu dans la défense parisienne, avec un cas deb’ sur Bosman en bout de course. Les Castrais ne marqueront pas sur ce coup là, mais sur le suivant. A la suite d’une touche, une action grand côté a été initiée. Derrière un maul Dupont est parti pour fixer la défense et transmettre à Smith, qui s'est arraché pour tomber dans l’en but. Les Parisiens ont crié au scandale. Pour eux il y avait en avant de passe entre les deux joueurs. Mais monsieur Charabas n’a pas demandé la vidéo, et cet essai validé a permis aux Castrais de passer devant. Pas pour longtemps,  et ce sont bien les Parisiens qui se sont imposés à la fin. Mais Dupont leur a tout fait. 

 

Le plus bel essai : Plisson dans la confusion

Jules Plisson a inscrit à la 14e minute le premier essai de la partie, sur l’une des seules actions un peu emballantes de la première mi-temps, dans un joli moment de confusion. A l’origine, un coup de pied par dessus donné au milieu du terrain par Dupuy, récupéré par Bonneval lancé plein gaz. La défense du CO s’est trouvé aux abois. Si bien que le troisième ligne castrais Jelonch a tenté l’interception pour endiguer la marée, quand la balle est revenu sur le grand côté. Il y est parvenu en deux temps, en commettant un léger en avant que l’arbitre n’a pas jugé fautif. Mais quand Palis a reçu la ballon derrière le maul pour dégager son camp, il a raté son coup de pied sous la pression défensive du Stade Français, et c’est Geoffrey Doumayrou qui a récupéré le ballon à quelques mètres devant lui. Le centre du Stade a fait l’effort pour libérer un bon ballon au sol. Dupuy a immédiatement impulsé une action sur le petit côté pour jouer un coup en une/deux avec Waisea. La balle est ressorti et a filé au grand large. Doumayrou encore lui a percé et a servi Plisson dans sa chute. L’ouvreur du Stade n’avait plus qu’à marcher quelques mètres pour aller aplatir sous les poteaux. Deux pertes de balles, un coup de pied raté, mais beaucoup de vista en deux occasions de la part de Dupuy, pour une action de plus d'une minute.  

 

Le tournant 

C’est la bévue de David Smith (67e). Alors que son équipe se trouvait en supériorité numérique, et qu’elle venait de prendre la tête grâce à un essai de sa part (19-22), l’ailier a raté son dégagement en touche sur le renvoi joué sur lui. Paris a récupéré par Arias, et après plusieurs phases de jeu, Doumayrou a marqué. Le Co a perdu immédiatement son avantage. Et ne revendra plus dans la partie. 

 

Par Guillaume Cyprien

 

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?