Saint-Étienne, la mauvaise blague

  • Saint-Étienne, la mauvaise blague
    Saint-Étienne, la mauvaise blague
Publié le , mis à jour

 Après la liquidation définitive du CASE, qui évoluait en Pro D2 en 2010-2011, en juillet, le RCSE a été créé début août. Après trois semaines d’atermoiements, il a enfin su vendredi qu’il évoluerait en deuxième série.

Saint-Étienne évoluera cette saison en Deuxième Série. Si, si, c’est sûr. Enfin on l’espère dans la Loire. Depuis plusieurs semaines, le Rugby Club de Saint-Étienne est ballotté de division en division. Né début août après la liquidation du CASE, qui évoluait en Fédérale 2 la saison dernière, en juillet, la nouvelle structure avait demandé à intégrer le championnat de Deuxième Série, qui ne compte que neuf clubs. Le 24 août, tous les voyants semblaient au vert pour que la nouvelle structure évolue en Deuxième Série (notre édition du 27 août). Le 2 septembre, il était question que le club évolue finalement en Honneur, la poule 1 de la compétition interrégionale, réunissant les clubs des comités des Alpes, du Lyonnais et de la Drôme-Ardèche, ne comptent que neuf équipes. Un club du dernier comité a refusé la montée cet été. Mardi dernier, on apprenait que le comité du Lyonnais expédiait finalement, et assez logiquement, le RCSE au bas de l’échelle, dans le Groupe C.

« C’est une déception, remarquait alors le président, Christian Sigel. On va nous sucrer le terrain d’Honneur à l’Etivallière. Et on ne retiendra pas les joueurs. S’il le faut, on repartira de zéro, avec juste des jeunes. C’est malheureux, mais c’est comme ça. »

Vainqueur avec cinquante points d’écart de deux équipes de Première Série pendant la préparation, il pouvait paraître logique que des joueurs veulent jouer plus haut. Mais la question ne s’est même pas posée. Mercredi soir, le club apprenait qu’il jouerait finalement bien en… Deuxième Série. Condrieu, relégué en Groupe C, avait finalement refusé la proposition d’être maintenu sur tapis vert, faute d’effectif, décision confirmée par écrit jeudi en début d’après-midi.

« La proposition a été faite lundi et après réflexion, ce n’est pas raisonnable, regrette jeudi le président, Luc Chosson. Ce n’est pas la faute du comité. Nous avions prévu de démarrer le championnat du Groupe C début octobre. Il nous manque trop de licences et beaucoup de joueurs n’ont pas repris. »

Vous avez suivi ? Le président du RCSE, et ancien président du comité de la Loire, Christian Sigel, lui, n’a rien raté. Jeudi, sous le coup de la colère, il ne cachait pas son mécontentement devant cette situation digne des pires descriptions tragicomiques des méandres bureaucratiques.

« Ça fait cinquante ans que je suis dans le rugby et j’en ai marre. J’en ai assez ! »

Déjà que faire vivre un club sur cette terre de football n’est pas une sinécure…

Depuis la saison 2010-2011, où le CASE évoluait en Pro D2, la chute a été lente mais régulière. Relégué administrativement de Fédérale 1 à Fédérale 3 en 2013, le club avait retrouvé la Fédérale 2 la saison dernière et avait décroché son maintien sur le terrain. Mais, en coulisses, les difficultés persistaient et aboutirent au dépôt de bilan. Un groupe d’irréductibles décida alors d’unir leurs forces pour faire vivre le rugby à Saint-Étienne. On espère qu’ils ont assez de potion magique, comme les joueurs qui n’ont pas encore retrouvé de clubs, et s’entraînent en solitaire…

Par Sébastien Fiatte

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?