Retour aux bonnes habitudes ?

  • Retour aux bonnes habitudes ? Retour aux bonnes habitudes ?
    Retour aux bonnes habitudes ?
Publié le

L’UBB sera de retour au Stade Michelin où elle s’était bien comportée l’an passé. de nouvelles têtes auront l’occasion de montrer leurs capacités : un ancien, Julien audy, et un jeune, Johan Aliouat.

Après le coup de chaud de samedi dernier, et le désormais célèbre coup de gueule de Raphaël Ibanez (sept minutes de monologue dans l’après-match), l’UBB a repris le cours de sa saison. La victoire probante face à Bayonne a diffusé ses effets apaisants et, mardi, le manageur bordelais est revenu sur le sujet. « Tout va bien, nous avons passé une journée à l’océan et j’ai l'esprit tranquille. Ce que j’ai fait samedi n’était pas un dérapage, mais une mise au point. je ne parlais pas pour moi, mais pour l’ensemble du club, les joueurs et le staff qui ne sont pas assez reconnus et trop largement discrédités depuis quelques semaines. » Les quarante points infligés à Bayonne ont donné une latitude aux entraîneurs de l’UBB et Raphaël Ibanez n’a pas fait mystère de la façon dont il abordera ce rendez-vous de Clermont « où l’effet de surprise ne sera même pas envisageable. Quatre matchs l’an dernier, quatre cette saison. On va finir par bien se connaître et par bien s’apprécier. » Il restera fidèle à une ligne de conduite qui lui a déjà valu de la mission dans le passé, mais aussi de belles revanches sur les censeurs (lire ci-dessous). Il fera clairement tourner son effectif pour donner leur chance à quelques éléments sous employés depuis le début du Top 14.Le manageur fait le pari qu’ils se hisseront tout de suite au niveau imposé par les Clermontois, question de motivation.

 

Pro D2 : une école difficile sur le plan mental

C’est ainsi que Lionel Beauxis, Julien Audy, Johan Aliouat, Jean-Baptiste Poux figureront sur la feuille de match. Les profils ne sont pas comparables : « Johan Aliouat nous a rejoints à l’intersaison avec un appétit que je ne soupçonnais pas. Il a vécu dans l’ombre de pas mal de joueurs depuis le début de sa carrière. Il a été promené d’un club à l’autre et j’ai senti dès notre première rencontre une vraie envie d’en découdre. C’est bien. Mais il lui reste à faire des progrès notamment sur le développement physique et surtout l’explosivité. Mais dès les matchs de préparation, il nous a montré une saine agressivité. À son poste, c’est quand même précieux. J’ai beaucoup apprécié cet état d’esprit. J’estime qu’il est temps pour lui de se mesurer à ce qui se fait de mieux. » Ce deuxième ligne longiligne a déjà joué 23 minutes à Toulouse. Il est âgé de 23 ans, est originaire d’Istres et a la particularité d’avoir joué en Top 14 dès l’âge de 20 ans sous les couleurs de Montpellier, des débuts sans lendemain à cause de la concurrence féroce qui régnait au MHR.Il s’est relancé à partir de novembre 2015 en signant à Carcassonne en Pro D2. Il avait notamment crevé l’écran pour son tout premier match contre Aurillac, avant d’être titularisé dix-sept fois de plus. « Je pense que le Pro D2 est une bonne école, une école de patience et une école qui peut-être dure sur le plan mental. Je ne dis pas que nous parvenons à relancer mentalement tous les joueurs passés par ce championnat, mais je sais que nous travaillons parfois avec des gars blessés par leur situation et j’aime bien ça. » Autre recrue : Julien Audy, lui est un vrai routier du Top 14, avec 131 matchs au compteur plus 81 en Pro D2. Un parcours riche et varié : Toulouse, Oyonnax par deux fois, Montauban, Bayonne, puis La Rochelle. À 31 ans, il est venu à Bordeaux pour un défi un peu spécial. Il ne sera pas tous les jours aisé d’exister aux côtés de Baptiste Serin et de Yann Lesgourgues. Mais l’expérience sert à gérer ce genre de situation et puis, les doublons et l’accord FFR-LNR qui donne beaucoup de pouvoirs au sélectionneur sur les internationaux pourrait lui offrir quelques opportunités. Julien Audy est en plus capable de prendre les tirs au but. On l’imagine bien tirant son épingle du jeu de ci de là et peut-être plus si affinités.

 

 

Jérôme Prévot
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?