Montpellier l'emporte grâce au pied

  • Montpellier l'emporte grâce au pied
    Montpellier l'emporte grâce au pied
Publié le

Bayonne a tenu un peu plus d’une mi-temps face à la puissance de Montpellier, avant de céder après l’heure de jeu. Sans proposer un jeu sans grandes envolées, Montpellier, auteur d’un sans-faute au pied, a su profiter des erreurs Bayonnaises.

Le résumé

Les visiteurs démarraient la rencontre pied au plancher en s’octroyant la quasi-totalité des ballons pendant les dix premières minutes. Ils se nourrissaient des nombreuses fautes Bayonnaises (4 en 10 minutes) pour ouvrir le score à la 7e minute par Catrakilis. L’Aviron faisait part de ses ambitions, notamment en jouant vite une pénalité, largement dans les cordes de son buteur, au quart d’heure de jeu mais n’était pas récompensé. Ils redevenaient dangereux deux minutes plus tard mais la dernière passe ne permettait pas à Arganèse de se saisir du cuir pour filer dans l’en-but. Après ce petit passage à vide des Montpelliérains, les deux équipes se neutralisaient avant cette mêlée à la demi-heure de jeu. Celle-ci voyait, après une belle sortie de Galletier et une passe sur un pas de White, O’connor aplatir dans l’en-but mais l’essai était refusé pour un talonnage illicite. Catrakilis donnait trois points d’avance à son équipe à la 38e. Bayonne mettait le feu à Jean Dauger à une minute de la pause, avec une percée de Tisseron. C’est ensuite une pénalité rapidement jouée par Rouet qui faisait vibrer le stade. Le demi de mêlée offrait le ballon à Monribot, qui laissait cependant le ballon filer dans l’en-but et les deux équipes rejoignaient les vestiaires séparés par trois unités. Comme en première période, les hommes de Jean Monribot commettaient trop de fautes à la reprise. Ils étaient sanctionnés par la botte de Catrakilis qui donnait six, puis neuf points d’avance aux siens. L’heure de jeu rimait avec réveil des Bayonnais. A trois reprises, ils perçaient la défense de leurs adversaires grâce à Lovobalavu, Van Lill puis Fuster. Sous pression, le MHR écopait d’un carton jaune pour plaquage dangereux mais Bayonne ne scorait pas pendant ce temps fort. Catrakilis, toujours lui, profitait d’une des rares incursions de son équipe dans le camp Bayonnais pour ajouter trois points et donner neuf points d’écart. Les Bayonnais tentaient d’accrocher un bonus défensif sur leur dernière offensive mais buttaient sur la défense monttpelliéraine en place.

 

Le fait ou l’action du match :

Alors que Bayonne est en plein temps fort à l’heure de jeu, Robin Tchale-Watchou écope d’un carton jaune pour un plaquage à l’épaule à retardement. Le score est de 9 à 15 et Du Plessis a l’occasion de ramener Bayonne à trois points de Montpellier. La pénalité, à environ 50 mètres, ne passe pas. La suite, vous la connaissez : Bayonne ne reviendra jamais au score.

 

L’homme du match :

L’homme du match est le numéro 10 de Montpellier Demetri Catrakilis. Sa réussite au pied a permis à son équipe de profiter des fautes Bayonnaises. Auteur de 18 des 21 points de Montpellier, sa botte n’est pas anodine dans la victoire du MHR. Les meilleurs joueurs : À Bayonne : Monribot, Lovobalavu, Van Lill À Montpellier : Du Plessis, Galletier, Catrakilis.

 

Fiche technique

Bayonne 9- Montpellier 21

À Jean-Dauger (Bayonne) – samedi 17 septembre à 18 h 30 - 11425 spectateurs

Arbitre : Mr Marchat Cédric (Comité Midi Pyrénées)

Evolution du score : 0-3, 3-3, 3-6 (MT) 3-9, 3-12, 6-12, 6-15, 9-15, 9-18, 9-21

BAYONNE : 3P Du Plessis (30e, 54e,64e)

Non entré en jeu : néant

Carton jaune : Broster (76e)

MONTPELLIER : 7P Catrakilis (7e, 38e, 43e, 50e, 59e, 73e), Steyn (77e).

Non entré en jeu : néant.

Carton jaune : Tchale Watchou(67e)

BAYONNE : 15. Tisseron ; 14. Martial, 13. Le Bourhis, 12. Lovobalavu , 11. Fuster ; 10. Du Plessis (22. Lagarde 76e), 9. Rouet (20. Saubusse 76e) ; 7. Chouzenoux, 8. Beattie (19. Van Lill 36-40, 19. Van Lill 51e), 6. Monribot (3. Choirat 80e) ; 5. Taele (18. Huete 59e), 4. Oulai (21. Latimer 51e) ; 3. Choirat (23. Broster 54e), 2. Arganese (16. Leiataua 51e), 1. Cittadini (17. Bordenave 73e).

MONTPELLIER : 15. Michel (22. Fall 52e); 14. O’Connor, 13. Martin, 12. Dumoulin(21. Steyn 70e), 11. Nadolo ; 10. Catrakilis, 9. White (20. Paillaugue 52e) ; 7. Battut (19. Ouedraogo 52e), 8. Galletier, 6. Liebenberg (18. Van Rensburg 70e) ; 5. Tchale-Watchou, 4. Mikautadze ; 3. Du Plessis (23. Kubriashvili 52e), 2. Géli (16. Van Wyk 76e), 1. Watremez (17. Nariashvili 52e).

 

Par Pablo Ordas

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?