Vivement dimanche

  • Vivement dimanche
    Vivement dimanche
Publié le , mis à jour

Villeurbane fait ses grands débuts en Fédérale 1 ce dimanche. Et le club de la banlieue lyonnaise attend ce moment avec impatience.

L’impatience ! Dans les rangs villeurbannais, ce sentiment prédomine dans l’attente des grands débuts en Fédérale 1. « La saison passée, les joueurs ont tout donné pour gagner le droit de jouer à ce niveau. Aujourd’hui, le club est en Fédérale 1. C’est une récompense et tout le monde a hâte que la compétition débute » explique l’entraîneur Jérôme Brocard.

Pour son baptême du feu, Villeurbanne (Asvel) aura l’avantage d’évoluer à domicile, face à une équipe de Lavaur qui, la saison dernière, avait disputé les quarts de finale. Le test d’entrée se doublera d’un premier défi mais le constat ne trouble pas outre mesure les nouveaux pensionnaires de la division. « Nous n’allons pas nous laisser gagner par cette forme de pression. Il n’y a pas de complexe à nourrir. Nous avons la chance de lancer notre saison par deux matchs à domicile, à nous de faire le maximum pour bien démarrer », poursuit Jérôme Brocard en évoquant les ambitions qui seront celles de Villeurbanne cette saison : « Le premier objectif sera d’assurer notre maintien… et de réussir à le faire le plus vite possible. Nous sommes là pour chercher à bien figurer, en montrant aux autres équipes que venir gagner à Villeurbanne ne sera pas facile. »

Conserver son ADN

Trois matchs amicaux livrés face à Mâcon puis contre les espoirs du Lou et ceux de Grenoble ont permis au groupe rhônalpin de trouver ses marques. « L’équipe progresse, valide l’entraîneur. Nous nous sommes renforcés dans toutes nos lignes. Il est évident qu’à ce niveau, il est impératif de répondre présent dans certains secteurs fondamentaux mais l’ADN de l’équipe demeure. Notre fond de jeu reste basé sur la vitesse, la prise d’initiatives et le volume. »

La recette avait parfaitement fonctionné la saison dernière, permettant à Villeurbanne de sortir numéro un de la saison régulière de Fédérale 2. Si la continuité prévaudra dans les formes de jeu, l’Asvel, pour satisfaire aux exigences du niveau supérieur, est résolu à y ajouter une indispensable faculté d’adaptation… et le plaisir.

Par Jean-Pierre Dunand

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?