Faux calme sur la Rade

  • Faux calme sur la Rade
    Faux calme sur la Rade
Publié le , mis à jour

Si la victoire à Toulouse a apaisé les tensions, l’équilibre reste précaire et le sursis de Diego Dominguez passera par les résultats.

Première victoire à Toulouse depuis plus de six ans pour une quatrième place au classement et des sourires retrouvés… Le tableau semble parfait mais il ne trompe personne ! En une semaine, Diego Dominguez n’est pas devenu l’homme de la situation aux yeux de Mourad Boudjellal et le manager italo-argentin reste sur un siège éjectable malgré le crédit obtenu dimanche dernier. Si le succès à Ernest-Wallon a prolongé l’aventure toulonnaise de l’ancien joueur du Stade français, les relations entre les deux hommes forts du RCT restent pour le moins froides. A preuve le simple SMS envoyé par le président à son manager après le succès salvateur en Haute-Garonne…

Mike Ford en salle d’attente

Le président imaginait-il que ses joueurs trouveraient les ressources nécessaires pour rattraper leur contre-performance face à Brive, huit jours plus tôt ? Habitué aux provocations verbales destinées à piquer l’orgueil de ses hommes, pensait-il réellement offrir un sursis à Dominguez ? Rien n’est moins sûr.

Comme nous vous l’apprenions la semaine passée, Mourad Boujellal a en effet rencontré Mike Ford vendredi dernier, pour évoquer une éventuelle collaboration, en attendant Fabien Galthié qui ne sera pas disponible avant de longs mois, voire la saison prochaine.

Trop tard ? Peut-être… Si l’entrevue s’est très bien déroulée et que le technicien anglais pensait prendre ses fonctions dès cette semaine, il est désormais difficile d’imaginer Mourad Boudjellal se séparer de son manager dans les jours à venir. Surtout s’il gagne…

A présent, les résultats décideront de l’avenir du staff toulonnais. Une défaite au Racing ne serait pas dramatique, mais elle devrait être accompagnée de la manière. En revanche, les réceptions de Clermont et Montpellier ne devront avoir d’autre issue que la victoire pour que l’actuel staff puisse travailler dans la sérénité. Car tout est encore fragile.

Delmas - Dal Maso :

Relations apaisées

Si Dominguez n’a jamais réellement eu les faveurs de son président, trois raisons sont évoquées : son manque d’expérience, sa trop grande discrétion médiatique et surtout son refus de collaborer avec Marc Dal Maso, lorsque ce dernier a été recruté par Mourad Boudjellal. Depuis ? Le manager du RCT a accepté de collaborer avec l’ancien mentor de la mêlée japonaise mais leurs relations restent « froides » et strictement professionnelles.

Si la tempête a également soufflé la semaine dernière entre Jacques Delmas et Marc Dal Maso, les deux hommes ont finalement décidé de calmer le jeu, pour le plus grand bien de l’équipe. Depuis, c’est la paix des braves…

En fait, Steve Meehan semble de plus en plus fragilisé. Il lui est reproché de ne pas avoir imposé sa patte et il paie le fait d’être le successeur de Pierre Mignoni, particulièrement apprécié des joueurs. En revanche, difficile d’imaginer qu’il « saute » seul, au risque de destabiliser un équilibre précaire qui mettrait en péril le travail entrepris.

Le vestiaire solidaire de Dominguez

Mourad Boudjellal ne peut aller plus loin dans la provocation, au risque d’être davantage isolé. Lui aussi s’accrochera aux résultats, face à un vestiaire solidaire de Delmas et Dominguez. Gros travailleur, le manager a trouvé le respect dans le regard des joueurs, qui s’accrochent à lui pour chasser la crise. C’est ce qu’a compris le président lors des entretiens individuels réalisés le lundi suivant la défaite face au CABCL.

La victoire à Toulouse a apaisé les tensions et, en suivant, la semaine de travail a été plus agréable pour les joueurs et le staff. Mais, parce qu’à Toulon tout est différent, Dominguez est encore loin d’avoir sauvé sa tête. Et celle de son staff…

Par Pierrick Ilic-Ruffinatti

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?