L’Ours pose son empreinte

  • L’Ours pose son empreinte
    L’Ours pose son empreinte
Publié le , mis à jour

Les Tarbais ont fait honneur à leur statut de favoris de la poule en dominant de la tête et des épaules les Albenassiens (23-3).

Au moins, les futurs adversaires du TPR ne pourront pas dire qu’ils n’ont pas été prévenus. Dans sa tanière Maurice-Trélut, l’ours bigourdan sera très difficile à bousculer cette saison. Dominateurs dans tous les secteurs de jeu, les Tarbais n’ont pas laissé respirer des Albenassiens pourtant venus en Bigorre dans la peau du leader de Fédérale 1. Le réalisme a tardé à arriver mais lorsqu’il a pointé le bout de son nez, les hommes de Marc Dantin et Mickaël Etcheverria ont capitalisé cette belle victoire par le point du bonus offensif. Résultat, avec neuf points en deux matchs, le TPR s’installe déjà aux avant-postes. « Ça ne veut strictement rien dire mais je préfère avoir neuf points plutôt que zéro », se satisfaisait Marc Dantin.

Un TPR propre, des adversaires indisciplinés

Dès leurs premières offensives, les Bigourdans ont annoncé la couleur. Plutôt que de taper une pénalité dans les cordes du meilleur marqueur du dernier championnat, Jean-Baptiste Claverie, ils ont préféré partir en touche pour prendre à la gorge d’entrée le RCAV. Même s’ils n’ont pas concrétisé tous leurs temps forts, les Bigourdans ont dès lors empêché les Albenassiens de respirer. Après une première pénalité réussie (3-0, 10e), Claverie a profité d’un lancement de jeu sur la gauche du terrain pour faire profiter son nouveau public de sa qualité de mains. Il est revenu intérieur pour Nicolas Laharrague qui, après une passe au pied décisive sur le premier match à Saint-Nazaire, s’est, cette fois, mué en marqueur pour inscrire le premier essai de la rencontre (10-3, 20e)

Maurice-Trélut a longtemps cru qu’il serait le seul de la soirée, tant les Ardèchois ont repoussé maintes et maintes fois les assauts tarbais. Le roseau a tardé à rompre mais à quel prix ? Celui de l’indiscipline. Face à la domination bigourdane, les Nazairiens avaient déjà été sanctionnés de deux cartons jaunes. Le RCAV a vu double : deux cartons blancs et deux cartons jaunes ! « On ne les fait pas dégoupiller, note Marc Dantin. C’est grâce notre volume de jeu qu’on arrive à mettre l’adversaire à la faute. »

Finalement, les Albenassiens ont rarement joué à quinze en Bigorre. Alors les cinq dernières minutes ont été de trop. Béziat puis Dadunahsvili ont profité de ballons portés pour donner plus d’ampleur au score, histoire qu’il corresponde mieux à la physionomie de la rencontre. Outre sa maîtrise technique, le TPR impressionne surtout par sa discipline. Contrairement à ses adversaires, il ne se met que très rarement à la faute. « C’est le gros point positif, se réjouit Marc Dantin. Ça fait deux matchs où l’on ne prend pas de cartons. Nous faisons quelques mauvais choix offensivement mais quand on porte autant le ballon, il y a forcément davantage de choix à faire. On peut encore progresser dans tous les domaines. »

Même en rodage, Tarbes se facilite déjà la tâche. Pour s’imposer en Bigorre, les adversaires devront se lever très tôt. Trélut n’avait jamais vu son TPR évoluer en Fédérale 1. Alors, forcément, il est pressé de retrouver la Pro D2.

Par Christophe PENOIGNON

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?