Emmanuel Maignien : « Un œil sur le front »

Consultant des premières lignes de Dax, l’ancien talonneur de l’USD, contraint de stopper sa carrière, est revenu dans les Landes.

Vous avez passé plusieurs saisons à Dax. Pressenti au Lou, vous avez été obligé de stopper votre carrière pour des raisons médicales ?

Effectivement. J’ai passé cinq saisons ici. J’ai vécu des bons moments. Je suis originaire de la Vallée du Rhône. La proposition du Lou me permettait de revenir dans ma région. Mais voilà. Un diagnostic a contredit la poursuite de ma carrière de joueur. Ma famille est restée à Dax en attendant. Il a fallu que je réagisse vite.

Pourquoi revenir à Dax ?

J’y ai passé de belles années. J’ai gardé un bon contact avec le staff et les dirigeants. Jérôme (Daret, N.D.L.R.) le directeur sportif, m’a proposé de suivre au club une formation pour faire profiter de mon expérience. Il avait en tête un poste de coordinateur transversal des joueurs de première ligne. L’année dernière, j’ai donc passé mon brevet fédéral en encadrant une équipe de jeunes. Cette année, je passe mon DE et je m’occupe de l’équipe Crabos. J’interviens surtout transversalement au niveau des première ligne.

C’est plutôt une bonne chose que le club fasse appel à un (jeune) ancien pour tenir ce rôle ?

Effectivement. J’ai toujours aimé être dans la transition. Si ce n’est Jérôme ou Fabrice Duberger, je n’ai pas trop vu d’anciens joueurs de notre génération impliqués dans le club. Je suis ravi de pouvoir accompagner le staff dans cette mission. Je travaille avec Patrick (Furet) sur l’aspect tactique de la mêlée. J’analyse en vidéo la partie adverse. Je communique avec Patrick et nous fixons les angles de travail. C’est gratifiant. Il reste des joueurs avec qui j’ai joué et pouvoir partager ça avec le staff et avec eux est très formateur.

Comment analysez-vous ce début de saison ?

Je trouve que le travail initié en fin d’année dernière porte ses fruits. L’US Dax a de bons éléments en première ligne. Ce sport commence là. Il faut performer pour être crédible et être craint ! J’ai connu des années galères avec Dax. J’ai pour ambition de donner mon point de vue, mon regard de l’intérieur. Il y a plusieurs problématiques à gérer. Les nouvelles règles et l’adaptation aux autres équipes. Pour le match contre Aurillac, nous avions noté un point technique qui s’est révélé. Il a fallu trouver des solutions aux problèmes posés par Aurillac.

Comment se passe votre collaboration avec Patrick Furet ?

Je suis sous sa responsabilité. Au regard des informations prises sur nos adversaires, nous mettons en place des exercices de mise en situation pour évaluer notre adaptation à ce que propose l’adversaire. Nous débriefons ensuite avec les joueurs pour valider et confirmer les solutions techniques. Mon regard de l’intérieur donne un point de vue différent.

Ce match à Bourgoin, une terre connue pour vous, vous inspire quoi ?

À Bourgoin-Jallieu, il faudra redorer le blason du paquet d’avant.s C’est une remise en question permanente. Répondre au défi que vont nous proposer les avants Berjalliens est une des clés de ce match. Bourgoin reste Bourgoin ! C’est un club qui a le combat dans les gênes. Après un début de saison difficile, les Berjalliens auront à cœur de faire un gros match contre nous. Il faudra être à la hauteur de nos ambitions et des leurs.

Propos recueillis par Laurent TRAVINI