Toulon doit remettre les pendules à l’heure

  • Toulon doit remettre les pendules à l’heure
    Toulon doit remettre les pendules à l’heure
Publié le , mis à jour

Au RCT, la vie est rarement un long fleuve tranquille, et si la victoire bonifiée à Toulouse était venue apaiser les tensions, la large défaite à Colombes a remis les Rouge et Noir dans le dur.

Au stade Yves-du-Manoir la défaite était logique, trop logique. Mais plus que le score, finalement assez flatteur pour les joueurs toulonnais

(41-30), c’est la manière qui inquiète. Face à son épouvantail, le RCT s’est, comme depuis le début de saison, appuyé sur une conquête irréprochable, mais a peiné à mettre en place son jeu de ligne. En-avant, manque de repères et faillites individuelles, les Toulonnais n’ont su imposer leur rugby face à des Franciliens en état de grâce. Mais plus inquiétant encore : le cauchemar vécu par la défense varoise. Infranchissables une semaine plus tôt face à Toulouse, les joueurs de Diego Dominguez ont, cette fois, encaissé six essais et laissé trop d’espaces à des Racingmen qui n’en demandaient pas tant. Une « journée porte ouverte » que les Toulonnais ne pourront pas se permettre de ré-éditer dimanche.

Un bilan décevant, pas dramatique

Après sa sortie médiatique remarquée à l’issue de la défaite face à Brive, Mourad Boudjellal affirme désormais que son manager n’a pas la pression. « Il faut arrêter de fantasmer avec le licenciement de Diego Dominguez, s’agaçait-il en aparté de l’annonce de son programme pour la présidence de la Ligue. Si on perd dimanche, c’est une chose. Si on perd 95-0, c’en est une autre et peut-être qu’on relance le débat. Mais pour l’instant, on serre les fesses et on verra par la suite. » Après cinq journées, le bilan du club varois n’est pas à la hauteur des attentes mais il faut tout de même le relativiser. Si la défaite à domicile face à Brive avait tiré la sonnette d’alarme, les Toulonnais se sont immédiatement rachetés avec un succès à Toulouse.

De plus, après cinq journées, les Rouge et Noir se sont déplacés à quatre reprises. Le premier bilan significatif sera à faire au soir de la septième journée, quand le RCT aura accueilli Clermont et Montpellier. Si les Toulonnais emportent ces deux rencontres, ils sortiront alors la tête de l’eau. Des défaites, en revanche, embraseraient de nouveau la rade et éloigneraient les joueurs de Diego Dominguez du top 6. Une situation décevante mais loin d’être dramatique avant la réception du meilleur ennemi clermontois.

L’orgueil des champions ?

Mais finalement, bien plus que les carences entraperçues depuis le début de saison, cette réception de Clermont aura des enjeux bien différents. Face à la meilleure équipe du championnat, qui réalise un début de saison tonitruant et dont Mourad Boudjellal ne cesse de tresser les louanges, les Toulonnais auront à cœur de montrer qu’ils sont eux aussi capables de bien jouer au rugby. Face à la ligne d’attaque la plus séduisante du Top 14, les Rouge et Noir auront ainsi deux possibilités : prendre l’eau et sombrer ou alors relever la tête et faire taire les critiques. Pointés du doigt depuis plusieurs mois, les trois-quarts toulonnais pourraient taper du poing sur la table en résistant à ce qui se fait de mieux à l’heure actuelle. Et si la route du succès est semée d’embûches, les Rouge et Noir pourraient, face à l’ogre auvergnat, invaincu depuis le début du Top 14, rappeler que le phénix renaît toujours de ses cendres.

Par Pierrick Ilic-Ruffinatti

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?