La Valette et le démarrage poussif

  • La Valette et le démarrage poussif
    La Valette et le démarrage poussif
Publié le , mis à jour

Les Valettoises connaissent un début de saison difficile et doivent composer avec beaucoup de changements.

Le résultat a surpris. Lors de la première journée, La Valette s’est lourdement inclinée à Rouen 27-0. C’était une surprise pour un affrontement entre l’équipe varoise, ancienne pensionnaire de l’élite, habituée à jouer les premiers rôles en Armelle-Auclair, et une équipe normande habituée à jouer le maintien, mais qui bénéficie d’une ligne de trois-quarts fringantes, championne de France à 7. La suite n’a guère été rassurante, La Valette s’imposant de peu à Grenoble (5-3), face au GUC, contre une équipe qui n’a pas encore gagné un match à ce niveau depuis sa montée à l’été 2015.

Depuis le début de saison, le staff, composé de Pascal Bazani et Cyril Dauga, doit composer avec une préparation perturbée. Outre l’arrêt de joueuses cadres, dont la troisième ligne internationale, Sophie Pin, les blessures, la reprise précoce du championnat l’a privée de nombreuses joueuses, encore en vacances. Et Montpellier avait bloqué la licence de la centre, Maé Ndiaye, formé à La Valette, et de retour dans son club formateur.

« C’était mal placé, regrette Pascal Bazani. D’autant qu’à l’intersaison, deux cadettes ont signé à Montpellier... » à Grenoble, les joueuses ont dû aussi apprendre à vivre le rugby autrement. Quand la saison dernière, le départ la veille était une habitude, il sera cette année une exception, pour les très longs déplacements. « Je pense que c’est important qu’elles vivent le rugby comme les garçons. Elles dormiront à l’hôtel la veille si nous montons en Top 8. »

Elles en sont encore loin. Avec l’intégration de joueuses débutantes en plus, le groupe vise simplement une nouvelle qualification. Il ne faudrait juste pas que tous les changements mettent trop de temps à être assimiler.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?