Les Blacks vont-ils aller au clash ?

  • Les Blacks vont-ils aller au clash ?
    Les Blacks vont-ils aller au clash ?
Publié le , mis à jour

Souhaitant monnayer directement leurs matchs, les champions du monde ont pour l’instant refusé toutes les propositions de World Rugby concernant l’aménagement du calendrier international.

Mercredi dernier, l’entraîneur des All Blacks Steve Hansen a lancé un pavé dans la mare. « Le rugby a besoin du produit le plus attractif possible, déclarait-il ainsi dans les colonnes du Daily Mail. à court terme, le vainqueur du Tournoi des 6 Nations devra affronter tous les ans celui des Four Nation. Ce serait l’extase. » Afin de fermer le bec aux plus sceptiques et trouver une date à ce choc inter-hémisphères, le coach des champions du monde proposait même aux nations du Nord de déplacer le début du Tournoi au mois de mars, tout en faisant courir la compétition jusqu’au beau milieu du printemps. Selon le Kiwi, la suppression des tournées de juin pouvait également permettre l’élaboration d’un championnat du monde des clubs tous les quatre ans. Verdict ? Séduisantes, les propositions de Steve Hansen sont pourtant inenvisageables à l’heure actuelle. Le week-end dernier, plusieurs sources proches du dossier concédaient même que si les négociations pour un match entre le vainqueur de la Champions Cup et celui du Super Rugby étaient bien engagées entre Agustin Pichot, le vice-président de World Rugby, et Bruce Craig, le chairman de Bath, il était en revanche impossible de voir le Tournoi des 6 Nations déplacé d’un mois. Une raison à cela ? Les diffuseurs français, principaux argentiers de la compétition, ne verraient pas d’un très bon œil que le vieux Tournoi chevauche les débuts de Rolland-Garros et les phases finales de la Champion’s League.

Le scénario « clash »

Nommés en avril dernier à la tête de World Rugby, l’Anglais Bill Beaumont et son bras droit Agustin Pichot se sont depuis attelés à l’harmonisation du calendrier Nord/Sud (celui-ci est immuable jusqu’au Mondial 2019). La Sanzar a récemment demandé que le Super 18 soit regroupé en un seul « bloc », à l’issue duquel les nations du Nord se déplaceraient dans l’hémisphère Sud pour y disputer les traditionnelles tournées d’été. La proposition, visant à déplacer les tournées au mois de juillet, a été repoussée par l’intégralité des dirigeants européens, un tel format empêchant les rugbymen professionnels de l’hémisphère Nord de prendre les six semaines de congès prévues par les différentes conventions.

Pour le moment, les négociations entre les deux hémisphères avancent donc péniblement. à tel point que les All Blacks menacent de faire sécession avec le calendrier mis en place par World Rugby. Dans l’esprit des champions du monde, « se vendre » au plus offrant des Européens serait ainsi bien plus intéressant d’un point de vue financier que les traditionnelles tournées de novembre, au cours desquelles seules les nations hôtes sont bénéficiaires. à titre d’exemple, recevoir les All Blacks à Twickenham équivaut pour la RFU à un benefice net de quinze millions d’euros, sans compter le « merchandising » et les droits télés. Une part du gâteau à laquelle les Tout Noir n’ont pas encore droit... Parmi les propositions de calendrier, un scénario intitulé « clash » a d’ailleurs été posé sur la table des négociations. World Rugby, qui refuse encore de l’envisager, craint que la vente au détail des matchs des All Blacks crée des inégalités financières entre les pays et ne finisse, à terme, par banaliser l’évènement.

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?