Toulon cultive sa différence

  • Toulon cultive sa différence
    Toulon cultive sa différence
Publié le , mis à jour

À l’heure où Toulon se rend au Vélodrome pour disputer le remake de la dernière demi-finale du Top 14, la cinquième place du RCT et l'enjeu sportif sont éclipsés par les nouvelles sorties médiatiques de Mourad Boudjellal. Comme le dit le slogan du club « Ici tout est différent...»

Toulon est cinquième. Lors des trois dernières journées, les Toulonnais ont fait tomber le Stade toulousain (15-32) dans son antre d'Ernest Wallon, se sont inclinés à Colombes (41-30) et ont fait chuter, au bout du suspens, le leader clermontois (23-21). Mais comme à Toulon tout est différent, le doute reste palpable dans le Var. Et même le succès face aux Auvergnats, jusqu'alors invaincus, a été semé d'embûches. Au cours d'une rencontre que les Toulonnais ont globalement dominé (avec notamment une première période à sens unique), les deux essais encaissés coup sur coup (53e et 56e) ont mis le doute dans les têtes Rouge et Noir. « C'est comme ça depuis le début du championnat, analyse Juan Martin Fernandez Lobbe. On entame bien nos rencontres, mais dès qu'on prend un coup, on n'arrive pas à vite réagir et on prend deux-trois coups. Les doutes ressurgissent toujours un peu. » Pourtant face à Clermont, les Toulonnais ont su reprendre leurs esprits et se sont finalement imposés grâce à un essai inscrit par Mamuka Gorgodze à la 73è minute. « Je pense qu'on a grandit, par rapport aux cinq premiers matchs,poursuit le troisième ligne argentin. Après avoir encaissé le deuxième essai de Clermont, nous nous sommes resserrés, on s'est dit qu'il fallait s'envoyer, et on l'a fait, pour remporter cette rencontre ».

 

Mike Ford en renfort

Pourtant cette victoire n'a pas complètement ramené le calme sur la Rade. Présent dimanche en bord de terrain, Mike Ford a rejoint le staff toulonnais dès lundi. Venu pour pallier les difficultés de la ligne arrière toulonnaise, l'ancien manager de Bath succède à Steve Meehan, désormais en charge des skills et de la vidéo. Et si ce remplacement peut en effet apporter un peu de fraîcheur à la ligne d'attaque varoise, il fait suite à l'été mouvementé sur la Rade. Et alors que la situation semblait s'être apaisée, que Marc Dal Maso avait trouvé ses marques aux côtés de Jacques Delmas, et que Diego Dominguez semblait confirmé jusqu'à la fin de saison, Mourad Boudjellal, en rajoutant un nouveau membre dans le staff, pourrait de nouveau déséquilibrer l'équilibre, déjà précaire du RCT.

 

Au révélateur montpelliérain

Après six journées, les joueurs et le staff doivent désormais se projeter sur la très particulière réception de Montpellier. Délocalisée, cette rencontre inaugurera l'Orange Vélodrome. Mais bien au-delà de ce coup marketing, ce match marquera les retrouvailles de François Trinh-Duc face à ses anciens coéquipiers et amis Montpelliérains. S'il affirme n'avoir aucune rancœur envers le club héraultais (notamment avec sa mise à l'écart en fin de saison dernière), nul doute qu'un succès le conforterait dans son choix d'avoir rallié la Rade, après douze saisons à Montpellier. Une victoire toulonnaise confirmerait en tout cas l'embellie et le réveil entrepris depuis la défaite face à Brive. Un trois sur quatre face à des cadors du championnat lancerait définitivement la saison, même si l'équilibre reste une nouvelle fois précaire...

 

Le spleen du président

Un équilibre précaire malgré des résultats plus qu'encourageants... Et si Mourad Boudjellal provoquait volontairement les tempêtes médiatiques ? Après les menaces envers son staff en début de saison -et sa sortie remarquée en conférence de presse après la défaite face à Brive- le président du RCT s'est une nouvelle fois illustré dimanche. Mais contrairement à la communication de crise à laquelle il recourt régulièrement, Mourad Boudjellal a cette fois dégainé un soir de victoire, qui plus est face à l'ogre clermontois. Apparu peiné, presque attristé, le président du RCT a fait part de son coup de blues, et de ses envies de départ. Info ou intox ? Ses nouvelles déclarations (à retrouver dans le Midi Olympique du jour) où il affirme penser à s'engager en politique, confirment qu'il pourrait petit-à-petit s'éloigner du monde du rugby. Mais alors comment, après avoir traversé tant de tempêtes et connus tant de succès, pourrait-il abandonner le navire ? C'est bien ce qui interroge sur la Rade, à un moment de la saison où tout le monde - joueurs comme staff – auraient bien besoin du soutien de leur emblématique président. 

 

Par Pierrick Ilic-Ruffinatti, à Toulon

 

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?