Coetzee pointe ce qui cloche

  • Coetzee pointe ce qui cloche
    Coetzee pointe ce qui cloche
Publié le , mis à jour

Les Boks affrontent l’Australie à Pretoria pour éviter l’humiliation. Une quatrième défaite fragiliserait vraiment le nouveau sélectionneur.

Il n’est pas vraiment à la fête depuis ses débuts à la tête des Springboks en juin. Il est sûr qu’une défaite demain face aux Wallabies à Pretoria serait très mal vécue et qu’Allister Coetzee s’en trouverait très fragilisé. Il nous a confié ses sentiments avant ce rendez-vous crucial.

 

Les Springboks traversent une période difficile avec trois défaites de rang.Quelle était l’atmosphère cette semaine au camp d’entraînement ?

L’atmosphère est très positive, je vous assure, et il nous tarde de jouer samedi pour montrer ce que nous valons. Nous avons remis tout à plat et je pense que vous allez voir des changements.

 

Nous avons entendus pas mal de commentaires au sujet de Pat Lambie, si vite revenu dans le groupe après sa commotion du mois de juin contre l’Irlande (1).Est-il vraiment prêt à jouer ?

Je peux vous dire que Pat n’est plus blessé. Je suis toujours resté en contact avec lui et je lui ai toujours dit : « Quand tu seras à 100 % de tes capacités et que tu te sentiras en confiance, appelle-moi. » Il n’a que 25 ans mais c’est déjà un joueur d’expérience. Il a fait des bonnes choses à l’entraînement cette semaine et il sera dans mes plans samedi.

 

Louis Koen (2) était avec le groupe cette semaine en tant que spécialiste du jeu au pied. Lui avez-vous envoyé un SOS ?

Je n’appellerais pas ça un SOS car Louis a toujours fait partie de la MobiUnit (groupe d’intervenants fédéraux en libre disposition, N.D.L.R.). Mais je le reconnais, les joueurs ont tiré un bon bénéfice de son intervention car il est vrai que notre jeu au pied n’a pas été bon. Au niveau international, l’avantage territorial est une donnée décisive. Nous n’avons pas dominé dans ce secteur, des ballons mal dégagés ont mis notre défense en état de stress. Ce fut le cas contre l’Australie à Brisbane. Nous avons donné des munitions à Israel Folau qui en a fait bon usage. Nos montées sous nos coups de pied n’ont pas été bons non plus. Nous nous sommes parfois retrouvés avec notre cinq de devant face à des sprinteurs adverses. Regardez les All Blacks, on a l’impression qu’ils attaquent tous les ballons mais ils jouent davantage au pied que les autres. Mais ils le font au bon endroit.Si vous n’y arrivez pas, vous vous retrouvez à jouer dans votre propre moitié de terrain. Mais tous nos problèmes ne viennent pas de là. Il faut aussi améliorer notre défense et plus particulièrement nos montées.

 

Justement, parlons-en…

Oui, nous devons l’améliorer massivement et drastiquement. Notre défense s’est montrée trop serrée et trop de joueurs sont venus s’agglutiner dans les regroupements. C’est un chantier mais je pense que tout ira mieux demain. J’ai quand même l’impression que nous avons gagné en clarté entermes de responsabilités et de rôles à jouer par chacun.

 

Beaucoup pensent que le joueur des Lions, Rohan Janse Van Rensburg, devrait être dans ce groupe. Que pensez-vous des critiques au sujet de votre paire de centres ?

Je suis très satisfait de mes centres, il n’y a aucun problème là-dessus.Ils ont été plutôt efficaces en défense. Jesse Kriel amène beaucoup d’énergie à cette équipe. Je reconnais que Van Rensburg a fait un très bon Super 18 et il aura sans doute bientôt sa chance. Mais dans son rôle, nous avons déjà Damian De Allende.

 

La troisième ligne (Louw-Whiteley-Mohoje) a aussi été contestée. Êtes-vous satisfait de cette association ?

Je la trouve tout à fait efficace à l’image de mon pack qui a été au rendez-vous en conquête et qui n’a jamais perdu la bataille de l’impact physique. C’est la conséquence du choix de la formule « 6-2 » sur le banc. Grâce à ça, nous sommes capables de mettre une grosse intensité dans les vingt dernières minutes. Ça peut faire partie de nos points forts.

(1) Pat Lambie a été victime d’un plaquage dangereux de l’Irlandais Stander le 11 juin, qui a reçu un carton rouge, plus un match de suspension.Sorti sur civière, Lambie n’a plus joué depuis.

(2) Louis Koen est un ancien demi d’ouverture international (15 capes entre 2000 et 2003).Il est passé par Narbonne.

 

Propos recueillis par Ken Borland, correspondant à Pretoria (avec Jérôme Prévôt)

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?