Toulon - Montpellier : Les forces en présence

  • Toulon - Montpellier : Les forces en présence
    Toulon - Montpellier : Les forces en présence
Publié le , mis à jour

Parmi les clés de cette rencontre, les duels opposant les deux numéros 8 ainsi que les deux ailiers pourraient s’avérer décisifs.

Duane Vermeulen - Akapusi Qera

Puissance huit

Blessé depuis le 12 août (genou droit), le capitaine du RCT, Duane Vermeulen (30 ans ; 1,95 m et 108 kg ; 37 sélections), disputera son premier match de Top 14 dimanche. Face à lui, il retrouvera le cocapitaine du MHR, Akapusi Qera (32 ans ; 1,94 m et 113 kg ; 34 sélections), remis de sa blessure au mollet après son entrée contre Brive. Un choc entre deux internationaux confirmés à la relance, redoutables dans les duels offensifs et défensifs dixit Thomas Lièvremont : « L’arme la plus forte de Vermeulen est sa puissance et son impact physique ballon en mains. À mon avis, il va manquer de rythme, mais il aura en revanche de la fraîcheur et de l’enthousiasme. Il sera donc performant sur une mi-temps avant de piquer du nez. Un joueur rugueux qui pèse dans les duels et aime aussi le jeu sans ballon. Vermeulen n’est pas qu’une brute épaisse. Il nous a montré qu’il pouvait aussi faire des off-load ou des chisteras et être ainsi dans la finesse. » Un point d’ancrage précieux dans l’axe pour les Toulonnais, afin de contrer la densité physique adverse. Des caractéristiques partagées par Qera, qui est lui plus à même d’assurer la continuité du jeu héraultais selon l’ancien numéro huit biarrot : « Qera est aussi utilisé comme perce-muraille mais il est plus capable d’évoluer en contournement et au soutien. Même si lui aussi est très solide, aime le défi frontal est reste de ce fait une machine à avancer. Il a un registre un peu plus coureur et affectionne prendre les intervalles ou être au relais des trois-quarts. Il incarne donc un peu plus ce lien par son déplacement et son aisance technique. »

Josua Tuisova - Nemani Nadolo

La terre va trembler !

La « bombe » Josua Tuisova face au géant Nemani Nadolo. Six années, quatorze centimètres et quarante-six kilos séparent ces deux Fidjiens. Et pourtant, ils dégagent à leur façon une puissance hors-norme identique d’après Cédric Heymans : « En faisant des comparaisons dans les extrêmes, je dirais que l’un me fait penser à Jason Robinson (Tuisova) et l’autre à Jonah Lomu (Nadolo). Ils dégagent une même puissance mais dans deux registres différents. Sur des appuis très courts, Tuisova peut mettre tout le monde par terre sur des percussions ou des crochets. Là où Nadolo une fois lancé, est lui quasiment « inarrêtable ». à l’image de son essai conclu par un raffut sur Germain contre Brive. » Auteur d’un triplé, Nadolo a ouvert son compteur et retrouvé sa vitesse de course dimanche dernier. Tuisova (12 essais l’an passé), est lui toujours muet après deux matchs joués. Alors, qui est le plus fort ? Égalité selon l’ancien ailier international toulousain : « Sur la vitesse, je mettrais Tuisova devant. Sur la capacité à se proposer dans le jeu en premier attaquant ou dans le désordre, avantage Nadolo. Comme sur le jeu aérien. Par contre, sur les un contre un dans les petits espaces, Tuisova est meilleur. » Un duel de feu entre deux attaquants racés. Des : « électrons libres en défense », parfois laxistes dans leurs placements : « Certes, mais quand on regarde leurs mètres gagnés, leurs franchissements ou leurs turnovers, on peut leur pardonner ! Après, je pense que Nadolo sait mieux défendre sur un jeu de ligne grâce à son expérience au centre », conclut Heymans.

Par Julien LOUIS

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?