Les filles de Romagnat ne lâcheront rien

  • Les filles de Romagnat ne lâcheront rien
    Les filles de Romagnat ne lâcheront rien
Publié le , mis à jour

Le promu fait le dur apprentissage de l’élite. Le maintien est le principal objectif.

Les saisons d’une association sportive se suivent, mais elles n’ont pas tendance à se ressembler. Celle du précédent exercice fut belle, riche, inoubliable pour le club de la ceinture clermontoise. En juin dernier, le club pionnier de la discipline voyait ses efforts récompensés par le sacre en Armelle-Auclair aux dépens de Lyon (29-7). Succès qui validait également la promotion des Auvergnates en Top 8. Trois mois après, l’ASM-Romagnat (la nouvelle appellation du club) se retrouve dans la cour des grands. Le moins que l’on puisse dire c’est que l’apprentissage au sommet de cette hiérarchie se fait quelque peu dans la douleur. Après trois rencontres officielles, le dernier lauréat du trophée Armelle-Auclair pointe à la dernière place avec zéro unité dans sa besace.

Une pléthore de blessées

À domicile, les Clermontoises ont subi la double loi de Lille Métropole (10-37) et Montpellier (12-24). Leur premier déplacement de la saison s’est conclu par un cuisant (53-0) à Saint-Orens — Blagnac. Dans bien des clubs, certains auraient déjà tiré la sonnette d’alarme. À Romagnat, on préfère relativiser, analyser la situation plutôt que de sombrer dans le pessimisme. « Nous occupons malheureusement la dernière place, mais nous n’en sommes pas surprises,confie la manager, Annick Hayraud. Lille, c’est le champion de France en titre, Montpellier le finaliste du Top 8 et Saint-Orens - Blagnac c’est un sérieux candidat au titre. S’incliner devant ces formations ce n’est pas vraiment un déshonneur. Lors de nos prestations face à Lille et Montpellier, nous n’avons rien à reprocher à nos filles. Face aux Lilloises et Montpelliéraines, le contenu était plus que correct. Pour le moment, nous n’avons aucune raison d’être pessimistes. Notre véritable championnat, nous allons le livrer face à Bobigny, Caen et Rennes. C’est en capitalisant face à ces formations que nous obtiendrons le maintien. » Les Clermontoises se sont promis de rien lâcher et songent plus que jamais à la réception de Bobigny le 9 octobre, rendez-vous qui est déjà capital. Pour ce match, l’encadrement devra composer avec une pléthore de blessées dont Jessy Tremoulière, Mélanie Mahinc, Clémence Fraysse, Elise Pignot des joueuses cadres. En ce moment, le destin est un peu ingrat avec le promu.

 

Didier Navarre
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?