Le top 5 des « commotionnés »

  • Le top 5 des « commotionnés » Le top 5 des « commotionnés »
    Le top 5 des « commotionnés »
Publié le

Alistair Hargreaves a mis un terme à sa carrière après avoir reçu de trop nombreuses commotions cérébrales. Le Sud-africain n'est pas le premier joueur de rugby à prendre cette décision. Top 5 des joueurs et joueuses de rugby concernés.

Shontayne Hape  

International anglais né (onze capes) et formé en Nouvelle-Zélande, Shontayne Hape arrête sa carrière en 2013 après deux saisons passées à Montpellier. Il a déclaré avoir subi une vingtaine de commotions dans sa carrière et s’est confié dans les colonnes du NZ Herald. « Les fans ont l’habitude de dire "Wow, il est dur". Nous devons changer les mentalités. Les jeunes joueurs ne comprennent pas les risques de jouer avec des commotions cérébrales. La chose la plus dangereuse, c’est que c’est une blessure qui ne se voit pas. L'ignorer est donc facile. Et cela arrive trop souvent ».   

Jamie Cudmore  

Deuxième ligne intenational canadien, Jamie Cudmore a joué onze saisons à Clermont. A l’été 2016, il explique qu’en demi-finale de Coupe d’Europe, ses dirigeants l’ont fait revenir sur le terrain malgré un protocole commotion manqué et l’ont fait jouer la finale quinze jours plus tard. Il évoque même une action en justice contre son ancien club. Mais à la surprise générale, il s’engage pour deux ans à Oyonnax, en Pro D2.  

 

Eduard Coetzee  

En novembre 2011, le pilier sud-africain de Biarritz annonce l’arrêt immédiat de sa carrière après avoir subi trois commotions en cinq semaines. Eduard Coetzee a consulté trois spécialistes avant de prendre sa décision. Il avait 32 ans, il jouait au BO depuis quatre saisons après deux ans à Bayonne. Auparavant, il avait joué 33 matchs de Super Rugby avec les Sharks.    

 

Marie-Alice Yahé  

La capitaine du XV de France annonce sa retraite à 29 ans en mai 2014. Elle évoque des KO à répétition, dont le dernier lors d’un entraînement avant un match du Tournoi 2014. La consultation de plusieurs spécialistes la pousse à se retirer après deux mois d’inactivité. « Ca m’est tombé sur le nez assez violemment. » confie-t-elle.  

 

Nathan White

Le pilier international irlandais a jeté l’éponge la semaine dernière. Nathan White a reçu un avis médical défavorable à propos d’une commotion subi en mars dernier lors d’un match face au Leinster en Ligue Celte. Nathan White, 35 ans, avait fait ses débuts juste avant la Coupe du Monde 2015. Il comptait treize sélections et 58 matchs avec la province du Connacht. Mais il n’était arrivé qu’en Irlande en 2011, auparavant, il jouait en Nouvelle-Zélande et fut même capitaine de la province de Waïkato, en NPC avant de porter les couleurs des Chiefs en Super Rugby.

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?