Départ réussi !

  • Départ réussi !
    Départ réussi !
Publié le

Les Parisiennes ont remporté deux succès depuis le départ de la compétition. Elles sont dans leurs objectifs.

Le départ du championnat des joueuses du Stade français, vice-championnes de France de feu la division fédérale, et promues en Armelle-Auclair, est plutôt prometteur. Passé un douloureux apprentissage contre Sassenage, un premier match soldé par une défaite à 25 points encaissés à la maison, les « Pink Rocket » s’étaient rattrapées immédiatement le week-end suivant de forte manière en s’imposant à Lyon, chez le vice-champion de France d’Armelle-Auclair (3-5). La semaine dernière, elles ont facilement dominé Grenoble, une équipe qui occupait le bas du classement de ce même championnat la saison dernière. En tant que promue, surclasser le bas du tableau après un succès probant contre une formation du haut fait déjà un parcours honorable, à quinze de disputer un derby francilien contre le Racing-Nanterre. « Je crois que notre défaite contre Sassenage a été bénéfique, pense l’entraîneur Olivier Carreiras. Il a mobilisé tout le monde immédiatement, ce qui nous a permis de nous imposer à Lyon grâce à un gros mental. Nous avons provoqué notre chance. Notre nouvelle dynamique nous a portés. »

 

Staff en évolution

L’encadrement des Stadistes a un peu évolué durant l’intersaison. Anaïs Labougine, l’ancienne responsable de Bordeaux, et toujours intervenante sur l’équipe de France développement féminine de rugby à VII, y a fait son entrée. Ainsi que Josselin de Giovanni, le père du jeune professionnel parisien Mathieu de Giovanni. « Le Stade a encore fait des efforts pour les féminines », apprécie Carreiras, dont l’effectif de joueuses a encore été enrichi. Si l’international de rugby à VII Audrey Amiel a quitté l’équipe pour prendre une année sabbatique - mais elle avait très peu joué - les Stadistes ont récupéré l’internationale bordelaise Laureline Fourcade. Comme Audrey Amiel, elle jouera rarement. D’ailleurs, les Stadistes ne l’ont pas encore vue, puisqu’elle a repris la saison du VII. « Mais on la verra tout de même, et c’est une présence qui compte dans un effectif », assure Carreiras, qui a également accueilli Clémence Leblanc, joueuse du Top8 avec Saint-Orens, ainsi que deux jeunes espoirs du Tremblay, la talonneur de Chilly-Mazarin, et une pilier de Marcoussis. Depuis le départ de la saison, elles sont près de 60 à chaque entraînement. Les Stadistes sont parties pour confirmer leur montée en puissance dans le rugby féminin.

 

Par Guillaume Cyprien

midi olympique
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?