Laurent Benezech : « Les corticoïdes, c'est l'hormone du courage»

  • Laurent Benezech : « Les corticoïdes, c'est l'hormone du courage»
    Laurent Benezech : « Les corticoïdes, c'est l'hormone du courage»
Publié le , mis à jour

Il y a deux ans, l'ancien pilier du Racing 92 Laurent Benezech tirait la sonnette d'alarme concernant les autorisations à usage thérapeutique.

Etes-vous surpris par les révélations entourant Dan Carter, Joe Rokocoko et Juan Imhoff ?

Non, pas du tout. C'était une évidence. D'habitude, les choses sont trop bien faîtes pour qu'il n'y ait pas de contrôle positif en tant que tel. D'habitude, une AUT (autorisation à usage thérapeutique) accompagne le joueur pendant la compétition pour éviter ce type de désagrément. J'ai donc été surpris de voir que Carter ne disposait pas d'AUT...

Est-ce grave ?

Ce sont des pratiques courantes dans le milieu sportif. Les corticoïdes sont indispensables pour enchaîner la quantité et l'intensité des entraînements. Aujourd'hui, on arrive à des niveaux de pratique surhumains. Il faut aider les corps à les supporter. Les corticoïdes, c'est vraiment l'hormone du courage. On rentre dans la capacité de faire des choses surhumaines.

Y aura-t-il sanction ?

Je pense que, comme cela a été le cas par le passé, on arrivera à prouver que c'était des soins et les joueurs sont blanchis. Le rugby ne doit pas échapper à la « jurisprudence soins » qui accompagne les disciplines sportives.

Ces cas vont-ils néanmoins se multiplier ?

La multiplication existe déjà. Les corticoïdes ne sont pas recherchées en période de haute intensité d'entraînement. Tout est fait pour que ces cas ne soient jamais révélés. Il est question ici du meilleur joueur du monde, pas de quelques moutons noirs de Pro D2 ou de Fédérale... Dan Carter est le produit d'appel du Top 14. Il ne faudrait pas casser le jouet.​

Marc Duzan
Voir les commentaires
Réagir

Souhaitez-vous recevoir une notification lors de la réponse d’un(e) internaute à votre commentaire ?